RMC Sport

Cavani encore buteur, l'activité de Di Maria, les erreurs montpelliéraines… le débrief de PSG-Montpellier

D’abord gêné par Montpellier en première période avant de prendre la mesure de son adversaire en seconde, Paris a signé un succès important sur sa pelouse ce samedi face au MHSC (2-0). Portés par un nouveau but de Cavani et une prestation réussie de Di Maria, le PSG s’empare, pour la première fois cette saison, provisoirement de la tête de la Ligue 1.

Cavani a survolé toute la Ligue 1

Le 31e but cette saison en Ligue 1 d’Edinson Cavani a une autre valeur symbolique que celle de constituer un nouveau record de réalisations sur une saison pour l’ancien joueur du Napoli. Le buteur attitré du PSG a surtout marqué, depuis cette victoire contre Montpellier, contre toutes les équipes du championnat de France. Une performance de premier ordre pour un joueur sur lequel le club de la capitale compte énormément pour les saisons à venir, à l’image de cette prolongation de contrat en bonne voie d’aboutir. Encore très peu de ballons touchés dans le jeu mais l’intéressé s’est encore montré dangereux. Il aurait même pu afficher 32 buts au compteur s’il n’avait pas été hors-jeu sur le délicieux centre de Di Maria. Il se sera consolé avec une passe décisive, sa 3e en championnat, pour Di Maria.

A lire aussi : le film du match

Pokorny et Skhiri, deux absences qui coûtent cher

Montpellier n’aura pas démérité, loin de là, ce samedi après-midi sur la pelouse du Parc des Princes. Les hommes de Jean-Louis Gasset n’ont jamais cessé de jouer crânement leur chance – tout à leur honneur – et ont régulièrement fait suer la défense parisienne. On pense à cette volée complètement ratée de Mounié (13e). La tête de Skhiri sur la transversale de Trapp (31e). Ou encore le loupé à bout portant de Mbenza (43e). Mais le MHSC aura aussi donné le bâton pour se faire battre. Sur l’ouverture du score de Cavani, Pokorny se fait déposer par l’Uruguayen, plus prompt pour le devancer et tromper Pionnier (29e). Sur le but de Di Maria, c’est Skhiri qui rate complètement sa relance et voit Matuidi, Cavani (d’une talonnade) puis Di Maria sanctionner son erreur au prix fort.

Di Maria était partout

A le voir courir dans tous les sens et être acclamé comme il se doit par le Parc des Princes, ce même Parc qui l’avait tant hué lors de la première partie de saison, Unai Emery peut nourrir de gros regrets de ne pas avoir pu compter sur cet Angel Di Maria là. Car l’Argentin a encore été décisif. Il a été le Parisien le plus actif devant le but (6 tirs, 4 cadrés) et a logiquement été récompensé en seconde période en soulageant définitivement les siens. Preuve de son hyperactivité du jour : il a aussi récolté un carton jaune pour un tacle en retard sur Roussillon (68e), alors qu’il venait de réaliser une course de soixante mètres. Généreux et endurant dans l’effort, au même titre que Matuidi, autre gros bonhomme de la partie dans l’entrejeu.

A lire aussi : PSG-Montpellier, coup d'envoi donné par deux policiers

Trapp tout proche du bêtisier de la saison

On joue la 51e minute de jeu. Paris vient de se donner une sacrée bouffée d’air grâce au but du break inscrit par Angel Di Maria. Après avoir capté un ballon chaud dans sa surface, Kevin Trapp dégage directement dans le dos… d’Edinson Cavani. Le cuir file alors à vitesse grand V vers le but du gardien de but allemand, presque tétanisé sur l’action… et c’est finalement Serge Aurier, sur sa ligne, qui évite à son coéquipier de faire le tour de la Toile ce samedi soir. Et de relancer Montpellier.

Sans Boudebouz, point de salut

Il est souvent celui par qui la lumière jaillit côté montpelliérain. Cette fois, Ryad Boudebouz n’a pas fait d’étincelles. Le maitre à jouer, le leader technique du MHSC s’est montré discret, peu à son avantage et pas réaliste quand il en a eu l’occasion, comme sur cette frappe sèche croisée en fin de match (87e). Si le voir perdre autant de ballons (18) peut s’expliquer, initialement, par son jeu à risques, c’est surtout son faible pourcentage de passes réussies qui interpelle (73 %). L’intéressé a habitué les observateurs à mieux. Et son équipe aussi.

A lire aussi : la nouvelle coiffure de Pastore ne passe pas inaperçue

Paris a fait sa part du boulot…

A savoir mettre la pression sur l’AS Monaco – qui compte deux matches de moins et jouera dimanche à Lyon, en clôture de la 34e journée de Ligue 1 -. Pour la première fois de la saison, le club de la capitale est aux commandes du championnat. Pour ne plus les lâcher ? Les hommes d’Unai Emery le souhaitent. Mais cela ne dépend pas seulement d’eux. Côté montpelliérain, cette défaite constitue un petit coup d’arrêt. Le MHSC restait sur deux victoires de rang et deux clean-sheets, à Caen (2-0) et devant Lorient (2-0). C’est finalement sur ce score là que les Héraultais se sont inclinés. Il faudra aller chercher les derniers points synonymes de maintien, à domicile, le week-end prochain, contre Lille.

A.D