RMC Sport

Ce que le report de Saint-Etienne-OM change pour l'OM

Rudi Garcia

Rudi Garcia - GERARD JULIEN / AFP

Après l'annonce du report du match de Ligue 1 à Saint-Etienne prévu initialement dimanche, Rudi Garcia a dû réorganiser le planning des Phocéens, pour qu'ils puissent appréhender au mieux leurs prochaines échéances.

Staff, joueurs, dirigeants marseillais, tous s’imaginaient jouer dimanche à Saint-Etienne, pour le compte de la 17e journée de Ligue 1. Mais ce jeudi matin, la LFP a annoncé le report de la rencontre en raison des manifestations annoncées des Gilets Jaunes. 

Le club phocéen a appris cette nouvelle dans la matinée, depuis la Commanderie. Une annonce qui a poussé Rudi Garcia à apporter quelques ajustements au programme des Olympiens.

Des conséquences sportives

Au-delà de l’anecdotique annulation de la conférence de presse du vendredi, le coach de l’OM va maintenir la séance de samedi matin et accorder un jour et demi de repos à ses troupes, pour une reprise lundi.

Ce report a aussi une conséquence sportive: il modifie la perception du match de jeudi contre Limassol, en Ligue Europa. Un match sans enjeu, dans un stade quasiment vide, qui aurait pu permettre à Rudi Garcia de lancer de jeunes joueurs, ou de remettre sur le devant de la scène certains remplaçants.

Mais le report du déplacement au Chaudron laisse un creux de 10 jours entre la défaite à Nantes et le prochain match de Ligue 1, le 16 décembre contre Bordeaux, à l’Orange Vélodrome. Ce rendez-vous contre les Chypriotes pourrait donc finalement permettre à certains joueurs de garder le rythme en vue de la rencontre importante face aux Girondins.

Le staff a par ailleurs noté que les joueurs qui avaient été préservés à Francfort le 29 novembre (défaite 4-0) n’avaient pas forcément été en meilleure condition contre Reims (0-0) le dimanche suivant. Raison de plus pour limiter le turn-over lors de ce dernier match de Ligue Europa de la saison.

Des conséquences mentales

L'annonce de ce report a été diversement accueillie dans le groupe olympien. Certains avaient à cœur de vite enchaîner les matchs, pour ne pas ressasser cette nouvelle contre-performance à Nantes (défaite 3-2), d’autant que le duel contre Saint-Etienne avait un parfum de grosse affiche et représentait une possibilité de se racheter pour de nombreux joueurs.

D’autres estiment qu’il s’agit d’une opportunité pour recharger les batteries et se remettre les idées en place, car le risque d’une nouvelle défaite aurait véritablement enfoncé les Marseillais dans la crise. La pression du Vélodrome sera ainsi un peu plus forte lors du prochain match de championnat, dimanche prochain, contre le vieil ennemi bordelais.

Florent Germain