RMC Sport

Conflits des droits TV: Roures regrette que la LFP n’ait pas voulu négocier

Le patron de Mediapro Jaume Roures a critiqué le comportement de la Ligue de football professionnel (LFP) dont il regrette qu’elle n’ait jamais eu la volonté de négocier le montant des droits TV à la baisse, comme cela était réclamé par le groupe sino-espagnol.

Le groupe Mediapro, diffuseur de la Ligue 1 en passe de quitter le marché français, égratigne les journaux français et la Ligue de football professionnel (LFP) par la voix de son président Jaume Roures, qui reproche notamment à la Ligue de ne pas avoir adopté avec eux une approche constructive.

"Les reprises (des informations) en France comme celle L’Equipe m’ont dérangé parce que c’était une mauvaise interprétation de la situation, a-t-il lancé à Radio Marca, peu au fait de la situation en France. Nous demandions à la ligue française de renégocier le contrat (des droits TV de la Ligue 1). Mais nous n’arrêtions pas de payer (Mediapro a suspendu les paiements des droits pour, les échéances d'octobre et de décembre n'ont pas été versées). Là, au lieu de s’asseoir pour négocier, ça a mal tourné."

Devant la colère et l’inquiétude des présidents de clubs de Ligue 1 qui vivent de ces droits TV, la Ligue de football professionnel avait obtenu un accord, homologué par le tribunal de commerce de Nanterre, selon lequel Mediapro s’engageait à restituer les lots qui étaient en sa possession. Cet accord prévoyait également le paiement de 100 millions d’euros à la LFP, en échange de quoi aucune poursuite ne serait engagée contre Mediapro.

Canal+ menace la LFP de poursuites juridiques

L'entreprise catalane à fonds chinois, évincée par la LFP faute d'avoir pu honorer ses traites, lui a transmis samedi un courrier dans lequel elle propose que sa chaîne Téléfoot poursuive la diffusion des rencontres "au moins jusqu'à la fin de la saison", selon l'AFP. Et ce alors que la Ligue, qui n'a pas encore trouvé de diffuseur solvable pour récupérer les droits TV vacants, vient tout juste de lancer un appel d’offres en urgence, cette semaine.

Les droits TV abandonnés par Mediapro, soit 80% des championnats de France de Ligue 1 et de Ligue 2, ont été officiellement remis en jeu en jeu dans le cadre d'une procédure qui exclut le lot détenu par beIN Sports qui le sous-licenciait à Canal+. Devant ce refus adressée à la chaîne cryptée, Canal+ a maintenu son intention de porter cette affaire devant les tribunaux, faisant planer la menace d’un nouveau conflit juridique.

QM