RMC Sport

Crise des droits TV: Canal + conteste l’appel d’offres, les coulisses de la décision de la LFP

Avant de lancer mardi le nouvel appel d'offres sur les droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2 rendus par Mediapro, la LFP a envoyé lundi ses avocats échanger une dernière fois avec ceux de Canal+ et BeIn Sports. Tout le monde a plus ou moins campé sur ses positions. Par ailleurs, la Ligue va demander une garantie bancaire aux futurs acquéreurs.

Comme validé par le conseil d'administration réuni jeudi dernier, la Ligue de football professionnel a lancé mardi un nouvel appel d'offres pour les droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2 abandonnés par Mediapro et sa chaîne Téléfoot. Mais la veille encore, les discussions se poursuivaient en coulisses.

Lundi soir, une réunion s’est ainsi tenue entre la Ligue, BeIn Sports et Canal+. Une réunion avec tous les avocats des trois parties, mais pas avec les dirigeants, à l'image du président de la LFP, Vincent Labrune.

Canal+ veut porter l'affaire devant les tribunaux

Lors de cette réunion, les avocats de la Ligue ont informé Canal et BeIn qu’ils estimaient qu’il n’y avait pas de contrainte juridique à lancer l’appel d’offres sur les lots rendus par Mediapro, et uniquement ceux-là. Face aux deux diffuseurs, les défenseurs de la LFP ont bien insisté sur le fait que la Ligue était dans son bon droit et qu’il n’y avait pas de risque juridique pour elle.

Face à ce discours, et selon plusieurs indiscrétions, Canal+ a maintenu son intention de vouloir porter cette affaire devant les tribunaux alors que BeIn Sports a demandé quelques jours de réflexion, les droits pour les rencontres de samedi 21h et dimanche 17h appartenant bien à la chaîne qatarie et non pas à Canal+ qui bénéficie de la sous-licence. 

La Ligue va demander une garantie bancaire

A l’issue de cette réunion, la LFP a donc décidé de lancer l’appel d’offres uniquement sur les droits de Mediapro. Pour l’instant, l'instance dirigeante du football professionnel en France n’a reçu aucun document juridique ou plainte de la part de BeIn ou de Canal. 

Selon nos informations, pour la première fois, la LFP a par ailleurs décidé d’introduire une demande de garantie bancaire dans le nouvel appel d'offres, afin d’éviter un nouveau fiasco après le désengagement de Mediapro. Le nouveau diffuseur devra aussi apporter un document provenant d’un actionnaire qui apportera des garanties sur la solvabilité de son groupe.

Mohamed Bouhafsi