RMC Sport

Coronavirus: Herrera a eu peur que Mbappé soit positif

Joint par téléphone dans l’émission de radio espagnole El Larguero (Cadena Ser), le milieu de terrain du PSG Ander Herrera a révélé qu’il avait eu peur pour son coéquipier Kylian Mbappé. Tombé malade avant Dortmund, l’attaquant avait été testé négatif au coronavirus.

Ander Herrera est l’un de ceux qui sont restés à Paris. Il faut dire que la situation dans son pays, en Espagne, est loin d’être préférable à celle de la France, meurtrie elle aussi par la pandémie. Le pays du milieu de terrain du PSG a enregistré 769 décès en 24h, pour un bilan tragique de 4.858 morts depuis le début de la crise sanitaire liée au coronavirus.

L’Espagne est le deuxième pays le plus touché dans le monde derrière l’Italie. C’est donc depuis Paris, en France, que le joueur espagnol a témoigné de la situation dans la capitale et donné de ses nouvelles à la radio espagnole Cadena Ser. Dans l’émission El Larguero, Ander Herrera a fait part de ses craintes passées, lorsque son coéquipier Kylian Mbappé est tombé malade.

Herrera: "J'étais plus effrayé que lui"

"Il s'est senti mal deux jours avant le match contre Dortmund, a raconté Ander Herrera. Le week-end précédent, Neymar avait organisé un repas pour nous souder afin de remporter le match. J'étais assis à côté de lui (Mbappé) durant tout le repas. Quand il a été testé pour le coronavirus, j'étais plus effrayé que lui."

Testé négatif, Kylian Mbappé souffrait, heureusement pour lui et ses proches, d'une grosse angine. En première ligne pour aider l’Espagne face à la crise, Ander Herrera s’est prononcé en faveur d'une reprise des championnats. "Je pense que le football doit continuer. Je pense que le football peut continuer à être bénéfique pour la société", a-t-il déclaré.

Herrera: "Nous parviendrons à un accord"

Alors que les joueurs du Bayern Munich ont accepté de baisser leurs salaires pour permettre au club de traverser plus sereinement l’orage qui menace, et que les joueurs de la Juventus en ont fait la proposition à leurs dirigeants, le PSG envisagerait d’en faire de même.

Ander Herrera n’est pas contre le principe en tout cas, même s'il émet une condition à la réalisation de la proposition. "Nous devons tous être cohérents avec la situation mondiale, avec la situation du football. Si les choses sont raisonnables, bien sûr, nous parviendrons à un accord", a-t-il assuré.

Pour rappel, le PSG a décidé de passer ses salariés sous le régime du chômage partiel ou technique en raison de la crise du coronavirus. 

QM