RMC Sport

Courbis : "Les déclas de Laurent Nicollin me font de la peine"

Alors qu’il va faire son grand retour à Montpellier ce samedi, pour le compte de la 37e journée de Ligue 1, Rolland Courbis s’est ému des récentes déclarations de Laurent Nicollin, président-délégué du MHSC. Mais malgré la polémique, l’actuel entraîneur de Rennes se dit concentré par l’enjeu sportif.

On le sait, l’histoire de Rolland Courbis avec Montpellier s’est plutôt mal terminée. Rincé par l’opération maintien qu’il avait entreprise avec le MHSC, l’actuel entraîneur de Rennes avait ainsi rejoint la Bretagne en janvier dernier, pour trouver une place de conseiller du président René Ruello. La suite on la connaît, Courbis remplacera Philippe Montanier à la tête de l’équipe première. Mais davantage que son retour sur un banc de Ligue 1, c’est le fait de quitter le navire en pleine tempête qui avait fait sortir Laurent Nicollin de ses gonds.

"J’ai l’impression que Laurent ne se met pas à ma place" 

Interrogé en conférence de presse sur les propos du président délégué du MHSC, qui avait estimé que Montpellier était fait "cocu" par Courbis, le coach rennais a semblé déçu par cette sortie : "J’ai lu les déclarations de Laurent Nicollin qui me font plus de peine qu’autre chose. Ce qui est ennuyeux, c’est qu’on ne soit pas d’accord sur une chose, car j’ai l’impression qu’il ne se met pas à ma place. Je suis plus triste de cette situation qu’abattu. Bien évidemment je suis content qu’ils se soient maintenus", a néanmoins précisé l’intéressé.

"J’appréhende surtout la qualité d’un effectif que je connais"

Un retour dans l’Hérault qui inquiète surtout Rolland Courbis d’un point de vue sportif : "J’appréhende surtout la qualité d’un effectif que je connais bien et qui peut poser des problèmes à toutes les équipes de Ligue 1. Je pense surtout au match, que je sois bien accueilli ou pas… Dans ce stade il y a des souvenirs particuliers, des bons et moins bons, comme les inondations. La bonne nouvelle c’est la construction d’un nouveau stade. Mais je préfère retenir les bons souvenirs", conclut l’entraîneur rennais, dont l’avenir sur le banc breton s’écrit en pointillés.