RMC Sport

Dossier Thiriez : la gouvernance du foot pro en questions

Frédéric Thiriez et Jean-Michel Aulas

Frédéric Thiriez et Jean-Michel Aulas - AFP

Dans le cadre de son dossier sur Frédéric Thiriez, RMC Sport s’interroge ce jeudi sur la gouvernance du football professionnel. Ces dernières semaines, le président de la Ligue est dans le collimateur de Jean-Michel Aulas, qui mène la fronde de présidents de clubs pour réformer la LFP. Une initiative qui a reçu le soutien du patron de la Fédération, Noël Le Graët.

Très offensif depuis qu’il s’est pris de passion pour les réseaux sociaux, Jean-Michel Aulas s’est trouvé une cible de choix en cette fin de saison : Frédéric Thiriez. Celui que le président lyonnais accuse d’avoir « échangé » l’allègement des suspensions de Zlatan Ibrahimovic et Dimitri Payet contre la fin du boycott de Canal + par le PSG et l’OM. Une guerre des mots par tweets et communiqués interposés qui a pour toile de fond la réforme de la gouvernance du foot français, pour laquelle milite le patron de l’OL (également vice-président de la Ligue).

« JMA » souhaite ainsi que la Ligue soit gérée par une société commerciale, avec le soutien de l’UCPF, le syndicat des clubs pros. « La Ligue subit le contrecoup d’une inertie qui dure depuis des années, juge Aulas. Après, les hommes ont leurs qualités et leurs défauts. Je n’en veux pas plus que cela à Frédéric Thiriez mais il faut changer de gouvernance. J’ai vu que Noël Le Graët proposait une solution permettant de simplifier les structures de la Ligue, avec un conseil d’administration réduit et où les présidents seraient majoritaires. C’est une mesure transitoire qui me convient bien aussi. » Egalement interrogé par RMC Sport, le président de la FFF confirme : « Je souhaite que le football pro se réunisse véritablement dans la maison des pros. Il me semble que tout le monde est d’accord pour que les présidents de clubs soient majoritaires. »

De Tavernost : « Les présidents de clubs doivent avoir le pouvoir économique »

« Aujourd’hui, il faut du changement, acquiesce Nicolas de Tavernost, président de M6, propriétaire des Girondins de Bordeaux. Il manque des choses aujourd’hui à la Ligue et notamment sur le plan de la professionnalisation. Il faut incontestablement que ce soit la majorité des présidents de clubs qui aient le pouvoir économique à la Ligue. » 

Un point de vue que ne partage pas du tout l'Union des acteurs du football (UAF), qui rassemble les syndicats des joueurs, entraîneurs, éducateurs, médecins, arbitres, administratifs et professions assimilés. « A quoi sert-il de vouloir réformer pour réformer ? », estime l'UAF qui prévient qu’un changement devra respecter « l'équilibre existant, qui donne aux acteurs du football une juste représentation, et permet un vrai débat démocratique. » Ce soutien ne sera pas de trop pour Frédéric Thiriez, qui n’a sans doute pas fini d’essuyer les coups jusqu’à la fin de son mandat, en octobre 2016.

Thiriez et Aulas ont rendez-vous

Frédéric Thiriez et Jean-Michel Aulas vont se croiser ce mercredi. Après les attaques répétées du président lyonnais dans le dossier des suspensions de Zlatan Ibrahimovic et Dimitri Payet, le patron de la Ligue a convoqué, il y a dix jours, un Conseil d'administration extraordinaire de la LFP à 14h. Les deux hommes vont-ils parvenir à aplanir leurs tensions des dernières semaines ? Au vu des écarts de position sur plusieurs dossiers, cela s’annonce compliqué.

S.C. avec M.Bo. et J.Re.