RMC Sport

Droits TV Ligue 1: ce qu'a dit le patron de Canal+ aux présidents de clubs

Le président du directoire de Canal+, Maxime Saada, était présent ce jeudi après-midi au siège de la Ligue de Football Professionnel lors de l’assemblée générale. L’occasion pour lui d’exposer "sa vision du marché" et de rassurer les membres de l’instance sur la diffusion des droits télévisés jusqu’en 2024. Coulisses.

"Je n’ai aucune leçon à donner à personne. Vous êtes tous des chefs d’entreprises. Des présidents. C’est assez compliqué comme ça." Diaporama à l’appui, c’est un Maxime Saada très "cash" qui est intervenu pendant une heure ce jeudi à l’AG de la LFP rassemblée en visio. Une opération séduction afin de prouver que la meilleure solution pour la retransmission de la Ligue 1 reste Canal+. Mais à une seule condition: être accompagné d’un autre diffuseur.

Pour convaincre son auditoire, le président du directoire de la chaîne cryptée s’est appuyé sur un constat de l’avant et l’après appel d’offres de 2018. Il n’a pas hésité à présenter un graphique avec les différents scenarios possibles, avec à chaque fois le risque estimé.

Canal+ maintient son souhait de ne diffuser que deux matchs

Cinq propositions ont donc été évoquées: la LFP seule, la LFP distribuée par Canal, l’intégralité sur Canal, le binôme Canal/DAZN et pour terminer l’association Canal/BeIN Sports. C’est bien cette dernière option qui tient la corde. Elle est aussi jugée la moins risquée avec "une intégralité du montant garanti par des acteurs historiques, avec du variable additionnel en cas de bonne performance". Mais aujourd’hui, à aucun moment Canal+ ne s’est avancé sur un chiffre. La chaîne maintient quand même sa position en ne voulant diffuser que deux affiches: celles du samedi à 17 heures et du dimanche à 21 heures.

Maxime Saada a aussi voulu prouver que l’attractivité de la Ligue 1 a souffert au cours de ces derniers mois avec des audiences (540.000 pour le lot 3) bien plus faibles que la Formule 1 (1,357 million) et la MotoGP (1,013 million). Problème, aucun accord n’a pour l’instant été trouvé ce jeudi puisque Canal souhaite attendre la décision de l’autorité de la concurrence qu’il avait saisie pour "abus de position dominante" de la part de la Ligue. Alors que l’audience se tenait le 21 mai dernier, une annonce devrait être faite dans les prochains jours. Le flou persiste lui toujours quant à la position de BeIN Sports sur la diffusion des 8 autres rencontres et de la Ligue 2.

A.P. et L.B.