RMC Sport

Falcao, un forfait qui sème le doute

Radamel Falcao

Radamel Falcao - -

Une semaine après sa sortie théâtrale à Nantes, Radamel Falcao a déclaré forfait pour la réception de Rennes, samedi (17h) en raison d’une blessure « plus petite qu’une contracture ». Une explication qui interroge.

Pour la première fois de la saison, Monaco devra se passer des services de Radamel Falcao face à Rennes, samedi (17h). Une semaine après son match raté et sa sortie théâtrale à Nantes, l’international colombien souffre d’une blessure à la cuisse « plus petite qu’une contracture » que les examens médicaux n’ont même pas décelée, selon Claudio Ranieri. Une précision qui pose plus de questions qu’elle n’en éteint. A la peine lors de ces dernières sorties en L1, l’ancien joueur de Porto et de l’Atlético Madrid n’a pourtant jamais montré de baisse physique. Et à le voir courir entre les bâtiments de la Turbie cette semaine, il semble même que les douleurs ne soient pas si terribles. « Ça ressemble à une maladie psychosomatique, ironise Jean-Michel Larqué, membre de la Dream Team RMC. Ce qui sème le trouble, ce sont les déclarations alambiquées de Ranieri. On peut les mettre sur le compte d’une maitrise pas exceptionnelle du français. Je n’ai pas l’impression qu’il y ait une gêne. »

Cela cache-t-il un malaise entre le joueur, recruté 60 millions d’euros cet été et son entraîneur ? Rien ne le démontre formellement alors que Ranieri argue que Falcao traine une gêne depuis le 14 novembre et son passage en sélection colombienne. Mais un joueur vraiment diminué ne se serait pas étonné d’être remplacé après une heure de jeu comme cela a été le cas à Nantes, dimanche. « Ranieri devait sentir une future blessure, explique Christian Damiano, ancien adjoint de l’Italien à Parme, la Juventus, l’AS Rome et l’Inter Milan. Il le protège parce que c’est sa perle. C’est un joueur extrêmement important et dans l’immédiat, il joue sur la prudence. » D’autant qu’Anthony Martial, qui a remplacé le Tigre à Nantes, s’était montré décisif sur l’unique but monégasque, et que Ranieri dispose d’une autre arme offensive avec Emmanuel Rivière.

Yepes : « Je ne crois pas qu'il fasse la gueule »

Son absence face à Rennes est aussi un moyen de souffler avant une semaine à deux journées avec un déplacement à Nice, mardi et la réception d’Ajaccio, dimanche. « On va vite voir la situation. Il faut du temps pour récupérer durant cette période. N’oublions pas que ce sont des joueurs qui jouent pratiquement entre 55 et 65 matches, rappelle Damiano. C’est énorme. On ne peut pas toujours demander à un gars de faire des exploits. » Sa baisse de régime (deux buts lors des sept derniers matches) explique aussi sa mine renfrognée au moment de quitter la pelouse, dimanche. «A un moment, il faut que l’entraîneur pense à l’intérêt de l’équipe si quelque chose ne va pas. On a vécu ça avec Del Piero à la Juve ou De Rossi et Totti à la Roma, illustre Damiano. Il faut trancher mais le joueur n’accepte jamais ça. Le joueur a une attitude de gamin. »

Depuis son arrivée sur le Rocher, le natif de Santa Marta n’a jamais adopté une attitude de diva et son état d’esprit a été loué par tous. Dimanche dernier, il a pris place sans broncher sur le banc, à l’inverse d’Andrea Raggi qui a échangé des mots doux avec son entraîneur après son remplacement quelques minutes plus tard. « Je ne crois pas qu’il fasse la gueule. C’est un garçon très gentil, très poli. Peut-être qu’il était énervé parce qu’il n’a pas marqué. Mais il a un très bon esprit, assure l’ancien Nantais Mario Yepes, son coéquipier en sélection. Il ne faut pas oublier qu’au niveau où il est, il y a toujours plus de pression que par rapport aux autres joueurs. C’est le meilleur buteur du championnat où il vient d’arriver. Même avec ce temps d’adaptation, il a réussi à marquer neuf buts, c’est magnifique. »

A lire aussi :

>>> Monaco une nouvelle fois dans le viseur

>>> Ranieri : « Plus dur sans Falcao »

>>> ASM - Ranieri méfiant

dossier :

Radamel Falcao

Nicolas Couet avec Yann Pécheral