RMC Sport

Frank Leboeuf "salisseur de mémoire" : dans Team Duga, Pascal Praud regrette

Après avoir écrit que Frank Leboeuf était un "salisseur de mémoire" pour ses propos sur la préparation de la finale de la Coupe du monde 98, Pascal Praud a regretté d’être allé trop loin dans Team Duga ce lundi sur RMC.

"Salisseur de mémoire". Pascal Praud a durement attaqué Frank Leboeuf ce week-end dans un article publié sur le site du Point, après les révélations de l’ancien défenseur dans Le Vestiaire vendredi sur SFR Sport sur sa difficile préparation de la finale de la Coupe du monde 98. Pas ménagé par Christophe Dugarry ("Il est scandaleux ton article, Pascal ! Il est d’une méchanceté incroyable"), le journaliste a regretté avoir utilisé cette expression ce lundi dans Team Duga sur RMC.

A lire aussi >> France 98 : Frank Leboeuf s’explique après ses propos sur la préparation de la finale

"C’était un petit billet d’humeur, que j’ai fait hier parce que j’étais agacé, énervant en voyant ce papier-là (« Leboeuf choque France 98 », dans L’Equipe, ndlr), a expliqué Pascal Praud. Je me suis dit « pas ça, pas 18 ans après ». C’est un beau moment qu’on a tous vécu. (…)Je l’ai dit à Frank, 98 c’est votre victoire, mais elle nous appartient un peu aussi à nous. J’ai eu le sentiment qu’il abîmait la légende d’Aimé Jacquet et l’idée que vous étiez un groupe, que vous avanciez ensemble."

Praud : "Je l’ai dit à Frank, c’est excessif"

"J’ai été très surpris par toutes les réactions, qui étaient très hostiles globalement à ce que j’avais écrit. C’est vrai qu’en relisant le papier, je le trouve aujourd’hui un peu excessif, a reconnu Pascal Praud. Il y a des termes que je n’emploierais plus si je devais le réécrire à l’instant, comme « salisseur de mémoire ». Je l’ai dit à Frank, c’est excessif et d’une certaine manière, je le regrette. Je ne l’écrirais plus comme ça aujourd’hui. C’était un mouvement d’humeur. Je regrette d’avoir fait de la peine à Frank. Je ne l’écrirais plus aujourd’hui. Je fais amende honorable. Mais il n’y a pas mort d’homme."