RMC Sport

Incidents de Nice-OM: Rivère confirme la pose d'un filet de sécurité devant les ultras

Invité de la nouvelle émission "Rothen s'enflamme", ce lundi sur RMC, Jean-Pierre Rivère est revenu sur les incidents qui ont émaillé la réception de l'OM dimanche à l'Allianz Riviera. Le président de Nice a confirmé qu'un filet devrait être prochainement posé devant la Tribune Populaire qui abrite les ultras.

Les incidents survenus dimanche lors de la rencontre de Ligue 1 entre l'OGC Nice et l'OM auront des conséquences, a minima pour le stade de l'Allianz Riviera. Après l'interruption du match à un quart d'heure de son terme, dans la foulée des jets de projectiles sur Dimitri Payet et de l'envahissement de terrain de certains supporters, les deux clubs sont convoqués par la commission de discipline de la LFP, qui devraient prononcer diverses sanctions.

Invité ce lundi de l'émission "Rothen s'enflamme" sur RMC, Jean-Pierre Rivère était encore très marqué par les incidents. "Ce qu'il s'est passé hier soir est totalement inacceptable et franchement, quand vous sortez d'une soirée pareille alors que tout était réuni pour que ça soit un beau match et un beau derby, vous vous demandez ce que vous faîtes dans le foot, a regretté le président de Nice. Il y a des choses indamissibles dans un stade de football, avec des jets de bouteilles d'eau qui ont eu lieu à plusieurs reprises pendant le match. C'est un derby, avec des joueurs marseillais qui chambrent un peu mais peu importe, ne nous réfugions pas avec ça."

S'il a déploré à plusieurs reprises l'attitude des dirigeants et joueurs phocéens, et notamment de son homologue Pablo Longoria, Jean-Pierre Rivère a été ferme avec des supporters "qui ruinent des années de travail" pour le club. Pour assurer la sécurité devant la Tribune Populaire de l'Allianz Riviera, un filet de protection anti-projectiles devrait être posé. "C'est un stade qui ne nous appartient pas et ça fait au moins deux ans qu'on demande la pose d'un filet, a regretté Rivère. Je n'ose même pas espérer, je pense que c'est une certitude désormais, ce filet sera posé à nos frais. Mais pour des raisons que j'ignore, ça n'a pas pu être fait avant. S'il faut bien attendre des événements pareils pour qu'un filet se pose, c'est bien regrettable."

Nice "acceptera" les sanctions de la commission de discipline

Dans un communiqué publié ce lundi, les ultras de l'OGC Nice ne se sont pas opposés à ce filet. Le préfet des Alpes-Maritimes a soumis aussi cette hypothèse, comme il l'a confié à RMC Sport, allant dans le sens du club. "On a pensé, parait-il, que j'étais à un moment en complicité avec nos supporters, s'insurge Rivère. Mais pas du tout! On les a vus tout à l'heure, je leur ai dit tout à l'heure que c'était inadmissible. Ils ont fait un communiqué en considérant que c'était inadmissible, en disant exactement la même chose que nous. Cela ne doit plus jamais arriver dans notre stade, c'est une certitude."

Serein vis-à-vis des sanctions à venir de la commission de discipline de la LFP, que l'OGC Nice "respectera", Jean-Pierre Rivère s'est indigné malgré tout qu'un membre du staff de l'OM soit venu "mettre un KO" à un supporter, ou qu'un autre se soit "autorisé à mettre deux coups de poing" à Justin Kluivert.

"Nous assumerons nos erreurs"

Si les joueurs niçois sont revenus sur le terrain après de longues minutes d'interruption ensuite, le match n'a pas repris. Et le score n'est pas encore définitivement arrêté. "Je suis allé voir la tribune parce que je ne peux pas accepter que des gens ruinent des années de travail et un projet. On savait que le match allait reprendre après les réunions. Je leur ai dit que c'était inadmissible et qu'on règlerait ça ce lundi, a justifié Rivère. Mais qu'il restait quinze minutes de match. Ce n'était plus du sport, mais de l'ordre public. J'y suis allé pour calmer les choses, pour dire qu'il ne pouvait plus se passer le moindre incident."

Jean-Pierre Rivère appelle désormais chacun à "prendre ses responsabilités". "On ne défend pas les intérêts de notre club, on acceptera les sanctions de la commission de discipline. Quand vous passez des années à tenter de bien faire, le résultat du match est complètement secondaire quand il se passe des choses comme ça. Comment on en a pu en arriver là? Nous assumerons nos erreurs. On a certainement fait des erreurs puisque des événements n'auraient pas dû se produire. Il faut rectifier ça définitivement", a conclu le président de l'OGC Nice. La prochaine rencontre à l'Allianz riviera est prévue dès ce samedi, avec la réception de Bordeaux, lors de la 4e journée de L1.

GL