RMC Sport

Incidents Nice-OM: Marseille déçu de ne pas avoir match gagné et très remonté pour Alvaro

Les différents verdicts ont été rendus ce mercredi par la commission de discipline de la LFP après les incidents lors de Nice-OM. Satisfait de ne pas voir le résultat gelé, Marseille regrette tout de même de ne pas avoir eu match gagné ainsi que la suspension infligée à Alvaro.

Concernant le sort du match, et comme indiqué par Jacques Cardoze le directeur de la communication de l’OM en direct dans l’After Foot mercredi, l’OM espérait dans l’idéal que la jurisprudence du match Bastia-OL en 2017 s’applique avec donc match gagné sur tapis vert pour l’OM. Lyon avait eu alors match gagné alors que la rencontre avait été arrêtée après un envahissement du terrain par des supporters corses.

>> Nice-OM: l'intégralité des sanctions

Le club marseillais aurait aimé que la décision de la commission de discipline soit encore plus forte en matière d’exemplarité… mais la décision de voir ce match être rejoué sur terrain neutre et à huis clos a tout de même en partie rassuré les dirigeants marseillais. C’était une option envisagée très tôt au sein du club olympien. Mais le doute s’était accaparé de la direction de l’OM mardi soir quand la rumeur d’un gel du match (aucun point distribué) avait pris de l’ampleur dans la presse.

Le club marseillais réfléchit à faire appel pour Alvaro

L’OM est en revanche très remonté et agacé par la sanction concernant Alvaro Gonzalez. Le défenseur espagnol était vexé et énervé quand il a appris la sanction, avec le sentiment de payer pour d’autres et d’être le bouc émissaire de cette affaire. L’OM peut faire appel de la décision concernant Alvaro, mais le club se donne un délai de réflexion car cela impliquerait une longue procédure devant la commission supérieure d’appel de la FFF, sans garantie de résultat. L’ambiance était tout de même relativement sereine dans l’avion privé qui ramenait la délégation olympienne en Provence, avec un Jorge Sampaoli détendu et souvent souriant.

L’OM a apprécié la prise de position de Benoît Bastien

Au sein du club marseillais, on note tout de même que les sanctions à l’encontre de l’OGC Nice auraient mérité d’être encore plus lourdes, mais qu’elles ne sont pas anodines. Le retrait de deux points, dont un avec sursis, et les huis clos prouvent bien que c’est d’abord le club niçois qui est coupable, selon l’OM.

Le club olympien souligne enfin que ces longs échanges en commission de discipline ont permis de faire la lumière sur les pressions reçues par Benoît Bastien pour faire reprendre la rencontre. L’arbitre l’a répété : il ne voulait pas poursuivre le match. L’intervention du Préfet des Alpes-Maritimes, soucieux des troubles à l’ordre public en cas d’arrêt du match, avait été évoquée. Les débats ont permis d’expliquer que c’est avant tout la LFP, via Benjamin Viard le directeur des compétitions, qui a insisté auprès de Benoît Bastien pour faire reprendre la rencontre.

Florent Germain