RMC Sport

Info RMC Sport - Fair-play financier : Al-Khelaïfi répond aux attaques de Rummenigge

Nasser Al-Khelaïfi

Nasser Al-Khelaïfi - AFP

INFO RMC SPORT - Attaqué par le président du Bayern lors d’une réunion de travail sur le fair-play financier, lundi à Nyon, le président parisien Nasser Al-Khelaïfi n’a pas hésité à hausser le ton pour défendre son club.

Plusieurs représentants de clubs européens s’étaient donnés rendez-vous ce lundi à Nyon (Suisse) pour une réunion de travail sur le fair-play financier. Concerné au plus haut point par la question, le Paris Saint-Germain était donc assis à la même table que le Bayern Munich, l’Olympique Lyonnais, la Juventus Turin, l’AC Milan, le Zénith Saint-Pétersbourg, l’Olympiakos ou encore l’Ajax d’Amsterdam. Le tout en présence du président de l’UEFA Michel Platini, plusieurs associations liées à l’instance dirigeante du foot européen et de la FIFPro.

Durant les débats, Karl-Heinz Rummenigge s’est fendu d’attaques répétées visant implicitement le PSG. Pas vraiment une surprise, le président du Bayern étant un des plus farouches partisans des sanctions qui ont frappé les champions de France. N’y tenant plus, son homologue parisien Nasser Al-Khelaifi a pris la parole. « Pendant plus d’une quinzaine de minutes, il a défendu avec force et vigueur son club, selon une source proche de l’UEFA. Il a été très convaincant. L’échange a été très tendu avec Rummenigge. Mais le duo Nasser/Jean-Claude Blanc (directeur général délégué du PSG, ndlr) a été très pertinent. »

Platini très à l’écoute

Selon nos informations, les dirigeants parisiens ont expliqué qu’ils n’étaient pas opposés au principe du fair-play financier tant qu’il respecte l’égalité et l’équilibre entre les clubs. Soutenus sur ce point par le président lyonnais Jean-Michel Aulas, ils ont ainsi expliqué qu’il y avait trop de disparités entre les clubs européens en ce qui concerne les taxes et les charges sociales. Un déséquilibre fiscal qui pénalise la France par rapport à plusieurs pays, et notamment l’Allemagne. Très à l’écoute de ces arguments, Michel Platini a prévu d’organiser d’autres rendez-vous de ce type dans les prochaines semaines.

M.B.