RMC Sport

"J’ai fait des erreurs et j’en referai": l’étrange explication de Kurzawa sur sa vidéo

Dans un entretien accordé à Téléfoot, l’arrière gauche du PSG et des Bleus Layvin Kurzawa a répondu aux critiques dont il est souvent la cible. Il a évoqué notamment la fameuse vidéo privée dans laquelle il insultait Didier Deschamps.

Layvin Kurzawa se défend. Très discret dans les médias, l’arrière gauche du PSG et de l’équipe de France (25 ans) est sorti de son silence ce dimanche pour répondre aux nombreuses critiques dont il est souvent la cible. "Je n’ai pas besoin d’entendre certaines personnes dire : il était nul, il ne sait pas s’entraîner… Je sais quelles sont mes qualités, ce que je dois travailler. Je dois tout travailler. On n’est jamais au top", a déclaré l’ancien Monégasque ce dimanche dans un entretien à l’émission Téléfoot.

"Le doigt sur la bouche ? Je ne pense pas avoir tué quelqu'un"

Layvin Kurzawa s’est expliqué aussi sur sa célébration contre Anderlecht en Ligue des champions, avec ce fameux doigt sur la bouche. "J’ai fait ce geste sur le moment l’émotion. Je ne pense pas avoir tué quelqu’un. Je ne le referai pas mais je ne le regrette pas." Des joueurs lui en ont-ils parlé dans le vestiaire ? Non assure l’intéressé. "Ils m’ont tous félicité car j’ai mis trois buts. Ah si, Maxwell m’a dit : "fais attention". On a été pendant deux ans dans le même effectif. Il a appris à me connaître. Il sait comment je me comporte."

"Une erreur de jeunesse"

Autre sujet épineux pour le défenseur, la fameuse vidéo privée dans laquelle il insultait son sélectionneur, Didier Deschamps. "Tout le monde fait des erreurs. J’en ai fait et j’en referai. C’est une erreur de jeunesse, ajoute le joueur de… 25 ans. Deschamps était au courant bien avant. Tout se passe bien en sélection. La relation est très bonne avec le coach." Layvin Kurzawa assure ne pas être ennuyé par ces affaires. Il regrette en revanche les dégâts collatéraux, comme les larmes de sa maman lorsqu’elle entend que son fils est "mal éduqué ou que c'est un petit con". "Je dois montrer l’exemple" conclut-il à propos de son petit frère, formé à Nice.

A lire aussi>> Le message de Dugarry à Kurzawa: "Layvin, si tu as besoin d'aide, je t'aide!"

AB