RMC Sport

L'OM défend ses supporters, interdits de stade au dernier moment à Saint-Etienne

Après des heurts qui ont conduit à retarder le coup d'envoi du match entre l'OM et Saint-Etienne ce mercredi à Geoffroy-Guichard, les supporters marseillais présents n'ont pas été autorisé à pénétrer dans le stade. Le club phocéen les a défendus dans un communiqué.

400 supporters marseillais auraient dû enflammer les travées de Geoffroy-Guichard ce mercredi, pour le match de la 23e journée de Ligue 1 entre Saint-Etienne et l'OM. Mais ils n'auront finalement pas pu entrer dans le stade et sont donc repartis à Marseille.

>>> Suivez ASSE-OM en direct live-texte

Le coup d'envoi retardé de 15 minutes

La faute à des incidents aux abords du stade, avec des supporters stéphanois, qui ont poussé les forces de l'ordre à intervenir et à user de gaz lacrymogènes. Lesquels ont interrompu l'échauffement des joueurs sur la pelouse et retardé le coup d'envoi d'environ 15 minutes. Une situation que dénonce l'OM dans un communiqué.

"À quelques centaines de mètres de l’entrée au stade Geoffroy-Guichard, les cars des supporters de l’OM ont été la cible d’individus cagoulés qui les ont violemment attaqués. Les cars ont subi des dégradations importantes. Arrivés sur le parking du stade, nos supporters ont été confinés sur place et ont subi des jets d’objets multiples de la part des supporters stéphanois et des réactions particulièrement violentes des forces de l’ordre qui ont utilisé des gaz lacrymogènes, un canon à eau mais aussi visiblement des flash-balls", raconte le club. 

Des suites possibles de la part du club

"Ils n’ont pas été autorisés à rentrer dans leur tribune pour des raisons obscures", ajoute l'OM, qui souhaite en savoir plus sur les circonstances des incidents. En attendant, "l’OM ne peut que déplorer que ses supporters aient été obligés de repartir pour Marseille sans avoir pu assister au match pour lequel ils s’étaient déplacés dans un cadre organisé", précise le communiqué.

Le club phocéen qualifie ses supporters de "doublement victimes" de "l’aveugle brutalité de certains prétendus supporters adverses et d’autre part du droit de vivre leur passion pour l’OM, ce que le club ne peut cautionner". Et "se réserve en conséquence le droit d’envisager et mettre en œuvre toutes les démarches ou actions qui permettront au club et à ses supporters d’être rétablis dans leurs droits", ajoute l'OM à propos d'éventuels suite à apporter.

A.Bo