RMC Sport

La classe de Pastore et Maxwell, le manque de réalisme de Di Maria… : les tops et flops de PSG-Dijon

Edinson Cavani et Angel Di Maria

Edinson Cavani et Angel Di Maria - AFP

Le PSG, qui a battu Dijon (3-0) grâce à des buts d’Adam Lang (csc), Edinson Cavani et Lucas Moura, a repris provisoirement la tête de la L1 en attendant le match de Monaco ce mercredi à Nice (19h). Javier Pastore et Maxwell ont particulièrement brillé, comme Mehdi Abeid côté dijonnais.

LES TOPS

Le retour de Pastore

Touché à un mollet, Javier Pastore avait manqué les quatre derniers matchs du PSG. De retour ce mardi, l’Argentin a été immédiatement titularisé par Unai Emery. Pas toujours dans un rôle de meneur de jeu comme l’on pouvait s’y attendre, mais plutôt dans celui de relayeur dans un 4-3-3. Mobile et juste techniquement, « El Flaco » a rendu une bonne copie, même si le manque de rythme s’est fait sentir. De bon augure pour le PSG. Moins pour Hatem Ben Arfa.

A lire aussi >> Le PSG aurait qualifié Bastia de "club de voyous" dans une lettre envoyée à la LFP 

La classe de Maxwell

Après le début de saison canon de Layvin Kurzawa, Maxwell semblait réduit à se contenter des miettes cette saison. Mais le Brésilien a prouvé face à Dijon qu’il était mieux qu’une simple doublure. Pour sa deuxième titularisation consécutive, le latéral de 35 ans a d’abord été à l’origine de l’ouverture du score sur le but contre-son-camp d’Adam Lang (14e). Il a ensuite déposé un caviar sur la tête de Lucas pour le troisième but parisien (67e). La classe, tout simplement.

A lire aussi >> Revivez le match 

L’abattage d’Abeid

Si Dijon n’a pas totalement sombré au Parc des Princes, Mehdi Abeid y est pour beaucoup. Arrivé en fin de mercato, l’international algérien, passé notamment par Newcastle et le Panathinaïkos, a réalisé un match plein. Combatif, juste techniquement, le milieu de terrain de 24 ans aurait même pu agrémenter sa belle prestation avec un but sublime, mais sa frappe enroulée a terminé sa course sur la barre d’Alphonse Areola (34e). Visiblement touché à une cuisse, il a cédé sa place juste après l’heure de jeu.

LES FLOPS

Le onze de départ dijonnais

Sur sa feuille de route, Dijon n’avait sans doute pas prévu de prendre des points au Parc des Princes. Cela s’est vu dans la composition d’équipe alignée par Olivier Dall’Oglio. Au coup d’envoi, l’entraîneur bourguignon avait décidé de laisser sur le banc Frédéric Sammaritano et Florent Balmont, habituels titulaires et rares joueurs de son effectif à avoir l’expérience de la L1, ou encore Loïs Diony. Un peu dommage car ce DFCO un peu remanié n’a pas démérité, même si Dall’Oglio avait sans doute déjà à l’esprit la réception de Rennes ce samedi.

Le manque d’efficacité de Di Maria

Ok, on est un peu dur. Mais s’il fallait trouver un petit point noir dans la solide prestation du PSG ce mardi, ce serait le manque d’efficacité d’Angel Di Maria, qui n’a pas réussi à trouver le chemin des filets malgré plusieurs tentatives. Une constante depuis le début de saison, puisque l’Argentin n’a toujours pas marqué cette saison, que ce soit lors du Trophée des champions, en L1 ou en Ligue des champions.

A lire aussi >> EXCLU RMC SPORT. Aubameyang : "Le PSG s’y est mal pris avec moi"