RMC Sport

"Le modèle du PSG ne pourra pas persister" selon Aulas

Jean-Michel Aulas

Jean-Michel Aulas - AFP

Dans un entretien accordé au Monde, Jean-Michel Aulas défend son modèle économique instauré à l’OL et s’en prend au PSG. Pour le président du club rhodanien, le club de la capitale, propriété de QSI, va d’ailleurs forcément être amené à revoir son mode de fonctionnement.

Les oreilles du PSG se remettent à siffler ce samedi matin. Et l’émetteur est à chercher du côté de Lyon. Interrogé par Le Monde, Jean-Michel Aulas met en avant le modèle économique qu’il applique à l’OL où il est arrivé il y a 31 ans, et dénonce celui du leader du championnat de France.

"Je pense être un visionnaire"

"Moi, je pense avoir toujours été en avance. Un visionnaire, explique Aulas. Il y a trente ans, quand je suis arrivé, les clubs étaient des associations. Je suis allé à Bruxelles pour que nous obtenions le droit d’être des sociétés anonymes et cotées en Bourse. Aujourd’hui, nous sommes propriétaires de notre stade, notre académie est la meilleure de France et la 3e en Europe. Nous sommes cités en exemple partout dans le monde."

Relancé sur ce qui empêche le club rhodanien de triompher en championnat depuis 2008, Aulas attaque Paris et les dépenses pharaoniques de Qatar Sports Investments qui "dérégulent le marché".

"Des systèmes qui n'ont rien à voir avec le foot"

"Quel est le problème? Ces Etats tout-puissants, qu’ils soient qataris, émiratis ou autres, qui compromettent un équilibre fragile. Ils provoquent la dérégulation du marché, l’inflation des salaires et des transferts. A l’UEFA, il y a une vraie prise de conscience, et la mise en place de la nouvelle règle « d’équilibre compétitif » dans le cadre du fair-play financier est une vraie bonne réponse. Elle va mettre en lumière les clubs qui ont des bases de fonctionnement saines et d’autres qui ont mis en place des systèmes qui n’ont rien à voir avec le sport et le foot. C’est bien pour cela qu’à moyen terme, le modèle parisien ou celui de Manchester City ne pourront pas persister."

JBi