RMC Sport

Le président d’Amiens tempère l’agitation autour de Ganso

-

- - -

Invité ce dimanche de l’Intégrale Sport, le président d’Amiens Bernard Joannin est revenu sur l’énorme buzz qu’a constitué l’arrivée en toute fin de mercato du Brésilien Ganso. Le dirigeant amiénois attend désormais que cet engouement se poursuive sur le terrain.

C’est assurément le gros coup du mercato de Ligue 1 : l’ancien grand espoir du football brésilien, Ganso, a été prêté avec option d’achat à Séville au club d’Amiens. Une arrivée qui a évidemment mis en lumière le club picard (positivement, plusieurs mois après l’effondrement d’une des tribunes du stade de la Licorne) et provoqué un énorme buzz. "Il arrive mercredi au club, a précisé ce dimanche au micro de l’Intégrale Sport Bernard Joannin. On va profiter de la trêve internationale pour le remettre à l’entraînement. Ensuite, c’est le coach qui décidera de l’aligner ou non."

Justement, tous les regards seront braqués sur le rectangle vert lorsque Christophe Pélissier jugera Ganso apte à jouer. "La seule vérité, c’est la vérité du terrain, insiste Joannin pour qui ce buzz doit désormais être validé sur le terrain. On pourra glorifier mon équipe de recrutement quand Ganso aura fait des matches de qualité et aura permis à Amiens de remporter des victoires. En termes médiatiques, on sait qu’il est connu comme un très bon joueur de football."

"C'est un joueur que l'on suit depuis 4-5 mois"

Le dirigeant amiénois est brièvement revenu sur l’arrivée de Ganso, qui n’est pas un simple coup de poker tenté en fin de mercato assure-t-il. "C’est un joueur que l’on suit depuis 4-5 mois. Amiens est devenu, dans son ADN, un accompagnant pour des joueurs qui sont en difficulté à trouver du temps de jeu, juge le président d’Amiens. On l’a fait avec Kakuta, on essaie de le faire avec pas mal de joueurs. On espère le faire avec Ganso, qui n’a joué qu’une trentaine de matches avec Séville, de le remettre en confiance, de le remettre dans un climat familial, de façon à ce que le joueur qu’il était à Santos, il le redevienne à Amiens." Et pour que le buzz ne soit pas éphémère.

A.D