RMC Sport

Le PSG a une longueur d'avance pour De Jong

Le jeune Néerlandais promet d'être le grand animateur du prochain mercato d'été.

Depuis plusieurs semaines, il est devenu le joueur "hype". Celui dont tout le monde du football vante les mérites. Qui fait la une des journaux spécialisés dans toute l’Europe. Et qui est au milieu d’une bataille entre les plus gros clubs pour arracher une signature l’été prochain.

Il ne fait plus aucun doute que Frenkie De Jong va quitter l’Ajax Amsterdam l’été prochain malgré un contrat qui se termine en juin 2022. Et le Paris Saint-Germain met tout en œuvre pour être le club vainqueur. Ce vendredi, le quotidien néerlandais De Telegraaf a annoncé que les deux clubs s’étaient rencontrés pour évoquer le cas du milieu de terrain, photo d’Antero Henrique, Maxwell et Ali Dursun (son agent) à l’appui. Selon nos informations, cette réunion a eu lieu jeudi à Amsterdam. La veille, après le match entre le Paris Saint-Germain et Liverpool, Nasser Al-Khelaifi avait déjà pu évoquer le sujet avec un représentant de l’Ajax. Les deux clubs ayant une excellente relation. Les premiers contacts sur le dossier De Jong datent d'ailleurs de cet été. 

Mino Raiola également impliqué

Deux rendez-vous qui ont permis au Paris Saint-Germain d’avancer ses pions concrètement. Outre l’agent du joueur, Mino Raiola est également impliqué dans les négociations du milieu de terrain avec les clubs dont le FC Barcelone, le Bayern Munich et Manchester City.

Si le joueur de 21 ans est sensible à l’intérêt parisien, il est aussi un grand fan de Pep Guardiola. Pour les deux clubs, le prix du joueur est toujours un problème. Si l’Ajax demande 75 millions d’euros, Paris espère pouvoir faire baisser le montant du transfert. Avec l’ambition d’avoir un accord total du joueur, ce qui n’est pas le cas actuellement, qui pourrait alors faire pression sur ses dirigeants pour favoriser un départ vers Paris. Toujours freiné dans ses ambitions par le Fair-Play Financier, en attendant que le Tribunal Arbitral du Sport se positionne sur le dossier, les dirigeants parisiens ne souhaitent pas dépenser autant d’argent sur le Néerlandais. 

Mohamed Bouhafsi et Loïc Tanzi