RMC Sport

Lens-Lille : entre haine et rancœur

-

- - AFP

Vexés de ne pas avoir pu être accueillis par leurs voisins lillois pendant les travaux au stade Bollaert, les Lensois accueillent le LOSC ce dimanche au Stade de France dans une ambiance loin d’être fraternelle.

Oubliez l’esprit bon enfant des derbys du Nord. Preuve que tout ne tourne plus rond au pays des Ch’tis, le derby se déroule même… en Seine-Saint-Denis ! Si Lensois et Lillois ont rendez-vous dimanche après-midi (17h) au Stade du France, c’est parce que le LOSC mais aussi Valenciennes se sont montrés trop gourmands au goût du RCL lorsqu’il fut question d’accueillir leurs voisins Sang&Or, privés toute la saison de leur stade Bollaert, pour cause des travaux de rénovation.

Un « râteau » que n’est pas près d’oublier Gervais Martel. « Jusqu’à la fin de ma vie, je ne vais pas le digérer, soupire, amer, le président lensois. On n’a clairement pas voulu de nous dans le Nord-Pas-de-Calais. C’est pour ça que je suis parti jouer à Amiens (où Lens joue la plupart de ses matches à domicile cette saison, ndlr). Maintenant, je ne suis pas un pleureur ou un gars qui revient sans arrêt sur le passé. Ce qui m’intéresse, c’est de maintenir le club en Ligue 1 et revenir jouer à Bollaert. » Une mission pas gagnée d’avance pour Lens, 19e avant cette 17e journée, ni même pour Lille, 15e avec seulement trois points d’avance sur son voisin.

Kombouaré : « Moi, je n’aime pas, ce n’est pas beau à voir »

Ce dimanche, alors qu’entre 40 000 et 45 000 spectateurs sont attendus au SDF, il ne faut donc surtout pas s’attendre à une communion entre les 25 000 Lensois et 3 000 Lillois. « J’avais vu un fameux Lille-Lens que Lille avait gagné 3-0, se souvient Antoine Kombouaré. On sent de l’engagement, mais c’est surtout au niveau des supporters que c’est impressionnant. Il y a même une haine. Ça fait peur parfois. Moi, je n’aime pas, ce n’est pas beau à voir. Si la tension est retombée un peu, ce n’est pas plus mal car ce n’est pas l’image du foot que je veux voir. » A ses joueurs et aux Lillois de redonner à ce derby son esprit d’antan.

la rédaction avec JB