RMC Sport

Di Meco : « Berbatov a été insupportable »

-

- - -

Auteur d’un doublé décisif vendredi à Toulouse (0-2), l’attaquant bulgare de l’AS Monaco, Dimitar Berbatov n’a pas pour autant convaincu Eric Di Meco. Surtout en première mi-temps.

Un coup de patte fin et efficace, un penalty réussi. Voilà comment Dimitar Berbatov a offert un précieux succès à l’AS Monaco, vendredi sur la pelouse du Stadium de Toulouse (0-2). En inscrivant ses 4e et 5e buts de la saison en L1, l’ex-attaquant de Manchester United a confirmé à ses dirigeants qu’ils pouvaient toujours compter sur lui malgré ses 33 ans. Mais pour Eric Di Meco, ce doublé ne cache pas certaines lacunes du Bulgare, dont la lourde responsabilité fut de succéder à Radamel Falcao.

« Si le débat est de savoir s’il a du talent, le débat est vite fait. On ne fait pas sa carrière sans avoir du talent, rappelle d’abord le membre de la Dream Team avant de se montrer beaucoup plus incisif. Sur la question de savoir s’il a fait oublier James Rodriguez et Falcao, je dis non. James, on voit où il est (au Real Madrid) et ce qu’il fait. Et Falcao, l’an dernier, il met pratiquement dix buts en même pas six mois. Pour moi, le fait que ce garçon remplace James et Falcao montre le changement de statut de Monaco. »

« Le coup de rein, il ne l’a plus »

Perdant au jeu des comparaisons, l’ex-joueur du Bayer Leverkusen l’est aussi sur son attitude. « Sur le match contre Toulouse, j’aimerais qu’on revoit sa première mi-temps, soupire Eric Di Meco. Outre le fait qu’il n’est pas très bon, il est insupportable ! Moi si je joue avec un mec comme ça, à la mi-temps, je lui mets un coup de boule ! Tu lui mets un ballon à 50 centimètres et il te gueule dessus parce qu’il n’a plus le coup de rein pour aller le chercher ! »

Voilà aussi pourquoi, dans la hiérarchie des meilleurs attaquants de Ligue 1, le membre de la Dream Team place le Monégasque loin derrière ses principaux rivaux. « Sur les six derniers mois, c’est un très bel intermittent du spectacle car quand il touche le ballon, il se passe un truc. Mais le coup de rein, il ne l’a plus. »