RMC Sport

Les années milanaises de Ménez, entre coups d’éclat et blessures

Jérémy Ménez

Jérémy Ménez - AFP

Les Girondins de Bordeaux parient sur Jérémy Menez. A 29 ans, l’international français arrive en Aquitaine après deux saisons contrastées à l’AC Milan. Retour sur une histoire contrariée en Lombardie pour un joueur avide de se relancer.

C’est officiel depuis ce lundi : Jérémy Ménez quitte à nouveau l’Italie pour faire son retour en France. L’attaquant s’est engagé avec Bordeaux pour trois ans. Durant sa présentation, l'ex-Milanais a parlé de ses ambitions personnelles en Gironde : il veut « avant tout reprendre du plaisir sur le terrain ». Il est vrai que ces deux dernières années, sa carrière a joué aux montagnes russes.

A lire aussi >>> A Bordeaux, on ne refuse rien à Jérémy Ménez

Flamboyant pendant un an, et puis...

Quand il quitte le PSG pour l’AC Milan en juin 2014, Jérémy Ménez cherche déjà à se relancer. Barré par Lucas à Paris, le Français préfère retourner en Serie A, un championnat dans lequel il s’est affirmé sous le maillot de l’AS Rome (2008-2012). Et au sein d’un Milan en reconstruction, il devient vite l’atout offensif numéro un. 

Jouissant d’une certaine liberté sur le front de l’attaque, Jérémy Ménez flambe et maintient à flot une équipe lombarde qui piétine. La vitesse et les inspirations de l’ancien Parisien font des ravages et donnent lieu à quelques buts qui font le tour du monde. Durant cette saison 2014-2015, Ménez trouve le chemin des filets 16 fois (dont 8 penalties) en 33 rencontres, soit le meilleur total de sa carrière. On parle alors de lui comme un candidat légitime à l’équipe de France, qu'il n'a pas fréquentée depuis mars 2013. Mais en fin de saison, une hernie discale vient obscurcir son horizon.

A lire aussi >>> AC Milan, PSG, Bleus... Les confessions de Jérémy Ménez

Victime d’une hernie et d’une infection

Déjà, à Paris, Jérémy Ménez se ressentait de douleurs au dos. Cette fois, il n’échappe pas à l’opération pendant l’été 2015. C’est le début d’un long chemin de croix pour lui. Il reprend la compétition fin août, mais il doit vite s’arrêter. Le Français souffre toujours et le diagnostic tombe peu après : il a contracté une infection à la hanche. Son retour sur les terrains est repoussé à février 2016.

Sur le banc de Milan, Filippo Inzaghi a laissé sa place à Sinisa Mihajlovic, lui-même remplacé par Christian Brocchi en avril. Mihajlovic comme Brocchi accordent peu de temps de jeu à l’international français. En attaque, hormis Carlos Bacca, les Rossoneri ne sont pourtant pas très inspirés. Mais le numéro 7 lombard, à court de forme après quasiment 9 mois sur le flanc, doit se contenter d’entrées sporadiques et de rares titularisations. Ménez ne dispute que 12 rencontres et n’inscrit que 4 buts (dont un penalty) toutes compétitions confondues. Bien loin de ses précédents standards.

« Montrer à nouveau ce dont je suis capable »

Pas retenu par l’AC Milan, Jérémy Menez a finalement trouvé un point de chute à Bordeaux, après avoir été annoncé à Guingamp, à l’OM et dans un club d’Abu Dhabi. En Gironde, beaucoup espèrent une trajectoire à la Hatem Ben Arfa, un autre joyau de la génération 1987, qui a relancé sa carrière à Nice l’an dernier. Mais dans quel état l’entraîneur bordelais Jocelyn Gourvennec va-t-il retrouver sa recrue ?

Jérémy Menez l’assure : il va bien. Il a pris part aux matchs amicaux estivaux du Milan et la visite médicale a été validée. « J’ai eu une longue blessure, ça n’a pas été facile. Mais on prend son mal en patience, on s’accroche et aujourd’hui, j’ai vraiment à cœur de montrer à nouveau ce dont je suis capable », déclare-t-il. Et cette blessure ? « C’est derrière moi », jure l’attaquant. Gourvennec voulait « un leader d’attaque, un joueur très créatif ». Ce sera Jérémy Ménez.

Nicolas Bamba