RMC Sport

Ligue 1: Bordeaux décevant et lanterne rouge, Rennes encore piégé

Toujours invaincu, Angers a obtenu un nul heureux à Brest (1-1) pour rester deuxième de Ligue 1 derrière le PSG et devant l'OM, talonné par Lens (4e), qui a relégué Bordeaux à la dernière place avec un succès in extremis (3-2).

Lens arrache un succès fou à Bordeaux

Scénario irréel à Bordeaux. Mené de deux buts à l’issue de la première période, Bordeaux est revenu à 2-2 en fin de match avant de concéder un penalty au bout du suspense, et de s’incliner (3-2) sur un but de Sotoca à la toute fin du temps additionnel (90e+6). La réception de Lens aurait pu marquer le début d’une nouvelle ère à Bordeaux, mais la défense des Girondins a étalé la même fébrilité qu’à Nice où elle avait été corrigée (4-0) en transition avant la trêve. Le break international n’a pas permis à Vladimir Petkovic de resserrer l’écart avec les autres formations de Ligue 1. Pire, ses joueurs ont semblé renoncer parfois, avec des attitudes extrêmement suspectes, alors que les nordistes prenaient d’assaut le but de Benoit Costil en première période

L’ouverture du score de Kakuta (39e) - son premier but de la saison - est intervenue dans un style qui ne correspond pas vraiment aux qualités premières de l’attaquant, dans le domaine aérien. Mais l’ancien joueur d’Amiens a profité d’un laxisme effarant de la défense bordelaise pour s’élever plus haut que tout le monde et tromper Costil sur un centre parfait du latéral Frankowski, dont c’est déjà la troisième passe décisive de la saison. Après Frankowski, c’est un autre latéral qui s’est illustré, avec Jonathan Clauss à la baguette pour la tête victorieuse de Medina (43e).

Intenables, les latéraux lensois ont continué de profiter du marquage très lâche de la défense bordelaise. Sur un nouveau corner délicieux de Clauss, Sotoca a encore facilement échappé à son vis-à-vis pour déposer un coup de tête sur la transversale de Costil, complètement abandonné par les siens. Face à tant de faiblesses, Vladimir Petkovic a changé les hommes et injecté du sang neuf, en incorporant à cette équipe des joueurs d’expérience, à l’image de Jimmy Briand, sur l’action de l’égalisation (88e).

L’ancien parisien Yacine Adli a apporté de la fraîcheur également en étant à l’origine de la réduction du score, signée Mangas (61e). Le miracle attendu n’est toutefois pas arrivé avec ce penalty accordé aux Lensois auxquels tout sourit, contrairement à Bordeaux, qui s’enfonce. 19es avant la trêve après un été agité, 20es désormais, les Bordelais risquent de connaître une ambiance un peu pesante la semaine prochaine.

Rennes piégé avant l'Europe

Rennes voulait mieux faire, et engranger de la confiance après l’échec à Angers (2-0), alors que se profile un choc face à Tottenham en Ligue Europa Conférence en milieu de semaine prochaine. Malheureusement pour les hommes de Bruno Genesio, dominés sur le même score face à Reims (2-0), un double coup du sort est venu pimenter un début de match complètement fermé entre les deux équipes. Le club champenois a profité d’un moment de flottement pour piéger une équipe réduite à dix après la sortie sur blessure de Martin Terrier (25e).

Ekitike a bénéficié d’une communication désastreuse des défenseurs centraux entre eux pour sanctionner l’un des pires débuts de match du club breton depuis le début de la saison (26e). L’ouverture du score rémoise a donné le coup de fouet attendu aux Rennais. Longtemps acculés sur le but de Salin, ils ont offert une réaction immédiate à leurs supporters par l’intermédiaire de Guirassy, légèrement hors-jeu sur la frappe de Tait (28e).

Le changement d’attitude s’est vérifié au retour des vestiaires avec de bien meilleures intentions. Et une vraie bonne entame de seconde période, mais certaines lacunes sont restées, notamment une apathie coupable de la défense rennaise, qui a laissé tout le loisir au jeune Koffi d’ajuster Romain Salin (67e)après un débordement sur le côté gauche. Les Rennais ont sans doute pensé que le ballon était sorti car ils se sont tous arrêtés de jouer mais le ballon était bien dans l’aire de jeu. Et Koffi, lui, ne s’est pas posé de question. Reims (9e) double Rennes au classement.

Angers arrache un nul heureux

Premier coup d’arrêt pour Angers, qui s’en sort bien avec le point du match nul au terme d’une prestation insipide. Solide dauphin du Paris Saint-Germain avec trois victoires et un nul lors des quatre premières journées, le SCO n’est pas parvenu à confirmer son excellent début de saison à Brest (1-1). Angers nous avait habitués à du beau jeu, mais l’équipe de Gérald Baticle s’est déplacée avec beaucoup moins d’ambition qu’à l’accoutumée ce dimanche. Comme à son habitude depuis le début de la saison, l’entraîneur alignait pourtant les mêmes hommes.

Mais ce sont bien les Brestois qui ont mis le feu à cette équipe angevine, se créant trois occasions très nettes au cours des 25 premières minutes, complètement à leur avantage. Le poteau et un gardien inspiré ont maintenu le SCO à flot. Puis les situations se sont faites de plus en plus rares, jusqu’au retour des vestiaires. Paul Bernardoni s’est finalement incliné sur un penalty transformé par le solide Romain Faivre, dont l’intention première était de quitter Brest cet été. Le milieu de terrain est finalement resté, et il a inscrit ce week-end son premier but de la saison.

En grosse difficulté dans le jeu, Angers a obtenu à son tour un penalty grâce à Sofiane Boufal. Thomas Mangani s’est chargé de transformer la sentence en égalisant sur le premier tir cadré de son équipe. Le SCO s'accroche au podium, et reste dans le sillage du Paris Saint-Germain, solide leader.

Metz s’enfonce, Troyes renait

Frédéric Antonetti était franchement inquiet avant la reprise, et il y avait de quoi. La venue à Metz de Troyes, promu et lanterne rouge du championnat, l’a confirmé, et n’a pas permis aux Lorrains de retrouver de la confiance à domicile. Le Football Club de Metz s’est incliné sèchement face à l’Estac, concédant sa troisième défaite de la saison en cinq journées, là où les hommes de Laurent Battles sortent enfin de leur spirale négative avec un premier succès. Il s’agit même du 11e match de rang sans succès à domicile pour Metz, qui égale sa pire série de la saison 2007-2008.

Pas grand-chose à signaler de part et d’autre dans ce match où les deux équipes ont manqué de précision. Moins entreprenants que les Lorrains, les Troyens ont en revanche connu plus de réussite avec le premier but du Luxembourgeois Gerson. Ce dernier, qui ne devait pas débuter la rencontre à l’origine, a profité de la blessure de Ripart pour commencer la partie. Sur un subtil service de Chavalerin, il a envoyé une magnifique reprise acrobatique sous la barre du gardien Oukidja. Après quasiment deux ans sans marquer, Chavalerin a fêté sa première titularisation avec un but qui permet à Troyes de progresser à la 15e place du classement, tandis que Metz glisse à la 17e position.

QM