RMC Sport
en direct

Ligue 1 en direct: le groupe du PSG contre Metz, sans Messi

L. Messi

L. Messi - Iconsport

Suivez toute l'actualité de la Ligue 1 en direct sur RMC Sport avec la septième journée au programme ce mercredi.

Metz-PSG: Messi bien absent

Victime d'une contusion osseuse, Lionel Messi est bien forfait pour le déplacement du PSG ce mercredi à Metz, pour la septième journée de Ligue 1 (21h). Marco Verratti, toujours pas remis à 100%, manque également à l'appel.

Moulin, qui a "le sentiment de se faire voler", veut la VAR en Ligue 2

"J’aimerais demander à la LFP qu’ils instaurent la VAR en Ligue 2, explique Stéphane Moulin, l'entraîneur de Caen, sur BeIN Sports. S’il y avait eu la VAR, nous aurions certainement gagné le match. Il y a trois penalties et un but qui est rentré. On a le sentiment de se faire voler au coin du bois. Il y a beaucoup trop d’erreurs, qui influent trop sur le match. Si on les aide en Ligue 1, c’est qu’il y a des situations pas faciles à gérer. Il faut les aider aussi en Ligue 2. Quand il y a des choses flagrantes, il faut les aider. (…) Le 4e arbitre a demandé à M.Angoula de m’expulser. J’ai juste dit quatre fois "il y a but". Quand je fais des fautes, je le reconnais. A Ajaccio, ça le méritait. Ce soir, je ne comprends pas du tout. C’est extrêmement décevant, et pire que ça, parce qu’on a perdu le match. Et on ne va retenir que le résultat."

Ligue 2: grosses tensions à Caen et Ajaccio après des buts refusés

Dans des situations similaires, des buts refusés alors que le ballon semblait avoir franchi la ligne, des tensions ont eu lieu sur les matchs Caen-Dijon (0-1) et AC Ajaccio-Niort (0-0) ce mardi soir en Ligue 2. A Caen, le président Olivier Pickeu a laissé éclater sa colère en entrant sur la pelouse. L'entraîner caennais, Stéphane Moulin, a été expulsé. Un but avait déjà été refusé quelques minutes plus tôt pour le Stade Malherbe.

En Corse, les protestations ont également été vives après la décision de l'arbitre de refuser un but. L'entraîneur de l'AC Ajaccio Olivier Pantaloni, ainsi que le coach des gardiens Thierry Debes, ont été expulsés. Le match a été interrompu à la 80e minute, durant cinq minutes, après qu'un briquet a été jeté sur le terrain par un spectateur du stade François-Coty.

En Ligue 2, il n'y a ni la VAR, ni la goal-line technologie.

OL: Dubois, Mendes et Dembélé de retour dans le groupe

Trois retours à l'OL pour la réception de Troyes, ce mercredi dans le cadre de la 7e journée de Ligue 1. Léo Dubois, Thiago Mendes et Moussa Dembélé réintègrent l'effectif, après avoir été blessés ces dernières semaines et ces derniers jours. Ils avaient manqué le déplacement à Paris dimanche.

Le groupe de l'OL:

Lopes, Pollersbeck, Bonnevie - Boateng, Da Silva, Denayer, Diomandé, Dubois, Emerson, Gusto - Aouar, Caqueret, Guimaraes, H.Keita, Paqueta, T.Mendes, Shaqiri - Cherki, Toko Ekambi, Slimani, Dembélé

Incidents en Ligue 1 : "On est démuni, il faut que les pouvoirs publics nous aident davantage" réclame Laurent Nicollin

Invité de "Rothen s’enflamme" ce mardi sur RMC, le président de Montpellier Laurent Nicollin a réclamé l’aide de l’Etat et de la police après les multiples incidents en Ligue 1. "On est juste un reflet de la société. Il y a des choses qu’on peut faire mais on n’est pas des policiers, on ne peut pas arrêter des gens, les interdire de certaines choses. Nice, Lens, ce sont des situations qui ne sont pas faciles. Je compatis avec eux. Ce sont des phénomènes de masse. Ce n’est pas évident à gérer. On essaye de mettre des sanctions. Mais c’est vrai qu’on est un peu démuni. Il faut que les pouvoirs publics nous aident davantage, ce qui n’est absolument pas le cas. (…) On n’est jamais à l’abri. J’ai eu un problème en début de saison (lors du match face à l’OM), avec des jets de bouteilles."

"On n’a pas le droit, en tant que dirigeant ou stadier, de prendre quelqu’un en tribune et de le sortir, a également expliqué Laurent Nicollin. On peut enlever l’abonnement. Mais s’il veut revenir, il prend une place lambda. Il n’y a que l’Etat et la police (pour sévir, ndlr). C’est à l’image de la société actuelle, où les gens ne respectent pas tout, font un peu ce qu’ils veulent. On sort d’un confinement qui a été lourd, mais cela n’excuse pas. Le phénomène de masse incite aussi à faire des choses. Il faut que les clubs travaillent dessus, mais sans les pouvoirs publics, sans l’aide de la police, on ne peut rien faire. Il faut être logique. On peut faire des choses mais on est totalement démuni dans certains domaines."

Incidents en Ligue 1 : le coup de gueule de Jérôme Rothen

"C’est un ras-le-bol, lâche Jérôme Rothen ce mardi sur RMC, dans "Rothen s’enflamme", après les incidents en Ligue 1. Je suis extrêmement déçu, encore une fois, de l’image qu’on peut renvoyer du football français. Ça se multiplie. C’est le reflet de la société. On a aujourd’hui les effets des confinements qu’on a vécus, du Covid… On a connu les stades grillagés. Les grillages ont sauté. Moi, j’ai joué pas mal de matchs dans des stades sans grillages, je n’ai pas vraiment vécu d’envahissements de terrain, à part quelques épiphénomènes. Là, en un mois, ça fait déjà deux fois. Avec extrêmement de violence, des comportements inadmissibles. On a l’impression que ce sont des animaux qu’on a lâchés. Je veux bien qu’on soit en manque de foot. Mais au bout d’un moment, arrêtez ! Arrêtez ces débordements. Qu’est-ce que vous allez avoir ? Des matchs à huis clos où on s’emm… On a vu Nice-Monaco à huis clos, un derby. Dans l’engagement, le spectacle, il y a énormément de manques. Il faut que les gens se tiennent. Les dirigeants sont responsables. Il y a un manque de communication. Le président de la Ligue (Vincent Labrune, ndlr), on ne l’entend pas. Le président de la Fédération (Noël Le Graët), on ne l’entend pas. Réveillez-vous, les gars ! Il y a quelque chose de très simple à mettre en place : tu mets un orteil sur la pelouse, t’es suspendu pendant deux ans minimum. Le terrain, c’est un endroit privilégié, un sanctuaire."

Gourvennec sur les incidents dans le derby du Nord: "Pas le foot que j'aime"

"J’étais très peiné de ce qu’il s’est passé. On ne va pas au stade pour vivre ça, on a eu des supporters blessés chez nous. Le foot ce n’est pas ça. Le derby était très engagé sur le terrain, mais très correct. Il n’y a pas besoin de souffler sur les braises, ce n’est pas le foot que j’aime. Quand tu vas au match avec ta famille, tu dois aller à une fête, pas à un combat ou une bagarre. C’est la responsabilité de chacun. Sincèrement, j'ai envie que tous les enfants puissent aller au match l’esprit libre."

Gourvennec évoque la mauvaise passe qu'il traverse et la relation avec son président, Olivier Létang

"Le président est toujours très très bien, il est au combat avec nous. La situation est insuffisante sur le plan comptable, en termes de victoires, on n’a pas suffisamment de victoires. On caresse la possibilité de gagner mais on ne l’a pas encore. Il nous manque de la réussite, mais pas que de la réussite. Il nous faut faire beaucoup plus dans l’envie, dans l'enthousiasme. J’échange plusieurs fois par jour avec le président, on est en contact permanent, il voit bien le travail qui est réalisé. Il ne manque pas grand-chose pour basculer."

José Fonte s'exprime sur les incidents dans le derby du Nord

"Je crois que dans le foot il n’y a pas de places pour ce genre de choses. On est tous là pour voir un beau spectacle, soutenir les joueurs et avoir un beau match, une belle expérience de stade. Malheureusement, à Nice également (contre l'OM), on a eu de mauvais exemples. J’espère qu’on pourra changer cela, essayer d’être meilleurs tous ensemble, pour donner un meilleur exemple."

José Fonte défend son entraîneur en conf'

"La vérité, c’est que le staff de Jocelyn (Gourvennec, l'entraîneur) est quasiment le même que celui de Galtier, on a le même staff qu’avant. Et la vérité, c’est qu’on joue 95%, peut-être plus, de la même façon, on joue le même système que l'année dernière. On a Renato (Sanches) blessé, Bamba blessé, Tim (Weah) aussi est blessé, on a perdu Luiz (Araujo), un joueur qui comprend très bien le système. Il faut aussi intégrer les nouveaux et les changements de joueurs, on essaye de trouver cette même façon de défendre et d’attaquer. On n’a pas beaucoup changé. Quand tu ne gagnes pas des matches et que les performances ne sont pas bonnes, on crée des doutes. On n’a pas gagné contre Lens, c’est vrai, mais jusqu’à la 74e minute on est dans le match, on est bien. On a une autre chance mercredi et c’est ce qu’on veut faire, gagner. (Les difficultés défensives) C’est difficile à accepter pour moi car je fais partie des joueurs qui veulent conserver cette solidité défensive. On a besoin de défendre mieux ensemble. "

Maracineanu: "Punir les clubs pour des actes individuels, ce n'est pas la solution"

Au micro de BFMTV, Roxana Maracineanu a réagi aux incidents ayant émaillé samedi le derby du Nord entre Lens et Lille (1-0). La ministre déléguée chargée des Sports appelle à plus d'individualisation des sanctions: "La Ligue a réagi rapidement et sévèrement et c’est ce qu’il faut faire. Il faut montrer un positionnement fort parce que ce sont des responsabilités partagées. Nous (le ministère des Sports) les partageons avec la LFP et les clubs qui doivent nouer un véritable dialogue plus fort avec leurs groupes de supporters.

On l’a vu avec la réaction du club de Lens, on va aller vers des sanctions plus individuelles. Dans le stade de Lens, il y a l’attirail pour repérer individuellement les personnes qui ont agi. Cette question se pose toujours entre sanction individuelle et collective. Il ne faut pas punir tout un stade ou un groupe de supporters parce qu’il y a des débordements qui concernent quelques personnes et provoquent l’arrêt de la diffusion du match pour les passionnés qui suivent ça à distance. (...) Punir les clubs pour des actes individuels, ce n'est pas la solution" 

Incidents Lens-Lille: le LOSC "examine les suites judiciaires appropriées à apporter"

Lille réagit à son tour aux sanctions de la commission de discipline de la LFP après les incidents à Lens (fermeture du parcage de supporters lillois à l'extérieur), en affirmant "examiner les suites judiciaires appropriées à apporter".

"Le LOSC prend acte des décisions rendues ce jour par la Commission de Discipline de la LFP à la suite des graves incidents survenus au stade Bollaert-Delelis samedi 18 septembre. Le LOSC s’est toujours engagé fermement et sans ambiguïté à lutter contre toutes les formes de violence qui touchent le football et nuisent à ses supporters, ses clubs, et son image. Le LOSC se tient bien évidemment à l’entière disposition de la LFP et des autorités pendant la durée de l’instruction, et examine, dès à présent, les suites judiciaires appropriées à apporter à ces graves évènements en vue d’assurer notamment la protection et la défense des intérêts du LOSC, de ses supporters et de sa communauté."

PSG: sortir Messi, "c’est une grave erreur de Pochettino" selon Rothen

Dans "Rothen s'enflamme" ce lundi sur RMC, Jérôme Rothen a estimé que Mauricio Pochettino a fait "une grave erreur" en sortant Lionel Messi à la 76e minute de PSG-OL dimanche soir.

"C’est une grave erreur de Pochettino, a expliqué l’ancien international français. Si c’est pour marquer son territoire, il est complètement fou. Parce qu’il va se mettre à dos son meilleur joueur. Il aurait dû le laisser sur le terrain. Il n’a jamais fait ça avec Neymar et Mbappé."

>> Ecoutez "Rothen s'enflamme" sur RMC, du lundi au vendredi de 18h à 20h

Lens va sanctionner ses supporters et porter plainte contre ceux de Lille

Dans un communiqué, le club de Lens "prend acte" des décisions de la commission de discipline après les incidents face à Lille samedi à Bollaert. Le RCL annonce aussi des sanctions contre ses propres supporters qui ont participé aux incidents. Et va porter plainte contre ceux du LOSC "qui se sont rendus auteurs de gestes et comportements inqualifiables".

"Le Racing Club de Lens prend acte des mesures drastiques prises lors de la commission de discipline organisée ce jour, à savoir le huis-clos total du stade Bollaert-Delelis à titre conservatoire jusqu’au prononcé de la décision définitive. Le Racing prend la pleine mesure de cette décision et relève qu’au-delà de la ferveur de son antre, composante centrale de son identité, il se voit par là même amputé de ressources économiques importantes liées à l’absence de supporters et de partenaires pour les deux prochaines rencontres. Le Racing Club de Lens rencontrera dès mercredi les représentants des groupes de supporters concernés par les procédures d’identification en cours. Le club leur présentera les sanctions adéquates retenues pour chaque type de comportement répréhensible et notamment pour ceux qui ont outrepassé leur rôle samedi, en tentant de se substituer aux autorités pour rétablir l’ordre suite aux scènes de chaos observées dans le parcage visiteur. Le club précise enfin qu’il déposera évidemment plainte contre les supporters adverses qui se sont rendus auteurs de gestes et comportements inqualifiables."

PSG: Messi, une sortie par précaution

Pour son premier match au Parc des Princes sous les couleurs parisiennes, Lionel Messi n'a pas caché son incompréhension à sa sortie du terrain ce dimanche soir, à la 76e minute de PSG-OL. Juste avant d'être remplacé, l'Argentin a touché ses genoux sur la pelouse. Mauricio Pochettino et son staff lui ont demandé si tout allait bien. Lionel Messi a fait un signe du pouce, rassurant. Mais l'entraîneur du PSG a pris malgré tout la décision de le faire sortir, par précaution. Au moment où la star sort du terrain, Mauricio Pochettino lui a demandé comment il se sentait. Lionel Messi a exprimé son incompréhension. Pas content, il a renouvelé son incompréhension en croisant un intendant. Il a ensuite échangé avec Leandro Paredes et Rafinha sur le banc, leur montrant son genou. Lionel Messi voulait rester sur le terrain. Son entourage explique qu'il ne sera jamais content de sortir, ce qui lui est très peu arrivé au cours de sa carrière.

Selon L'Equipe, il est en soins ce lundi après avoir pris une béquille au-dessus d'un genou.

(avec LT)

"Nous constatons une séquence très préoccupante", déplore le président de la commission de discipline

Contacté par RMC Sport, le président de la commission de discipline de la LFP, Sébastien Deneux, justifie la mise en instruction du dossier Lens-Lille:

"A la hauteur de la gravité de ces débordements et incidents, il faut à la fois prendre les premières mesures rapidement, et le temps de ces deux semaines d'instruction. Surtout pour évaluer de manière complète les responsabilités de chacun. Nous sommes une instance disciplinaire, qui doit faire la lumière pour juger de la façon la plus juste. Comme tous, nous constatons une séquence très préoccupante. Quatre incidents depuis la reprise en Ligue 1 impliquant des groupes de supporters alors que nous sommes à la J6, c’est évidemment beaucoup trop."

AP

La commission de discipline de la LFP sanctionne Lens et Lille

Réunie ce lundi pour étudier les incidents de Lens-Lille, la commission de discipline de la LFP a mis le dossier en instruction, et rendra ses décisions définitives le 6 octobre prochain.

D'ici là, Lens devra jouer ses deux prochains matchs à domicile à huis clos (contre Strasbourg le 22 septembre et Reims le 1er octobre), et le parcage visiteurs du LOSC sera également fermé lors de son prochain déplacement à Strasbourg le 25 septembre.

Le RC Lens très en colère contre les supporters qui ont menti sur le tifo polémique

Après les incidents intervenus samedi lors de Lens-Lille (1-0), la commission de discipline de la LFP se réunit dès ce lundi pour des premières décisions sur ce derby. Une réunion pour laquelle les dirigeants lensois ont préparé leurs arguments. Notamment en soulignant le fait qu'ils n'avaient pas validé le tifo insultant.

>> Les infos sur le tifo polémique au coeur des incidents

Ainsi, le tifo "Lillois Merda" n’était pas celui proposé à l'origine par les supporters de la tribune Marek. Le message était "Allez Lens" et a donc été changé par les supporters sans que le club ne soit mis au courant. D'une source proche du club, les dirigeants du club lensois ont le sentiment que la confiance a été rompue.

La position du RC Lens est ferme après les incidents. Le club procède actuellement à un minutieux travail d’identification, à l’aide de la vidéosurveillance. Ce temps de l'identification précède le temps des sanctions qui seront d’une fermeté absolue.

RMC Sport

Violence dans les stades: un député critique le "laxisme" de la LFP

Sacha Houlié, député LREM de la Vienne, est l’auteur d’un rapport parlementaire sur le supportérisme. Invité d’Apolline Matin, ce lundi sur RMC à quelques heures de la réunion d’urgence de la commission de discipline au sujet des incidents lors du derby Lens-Lille, il est revenu sur les problèmes de violence dans les stades de Ligue 1. Pour lui, outre des infrastructures défaillantes (absence de filets à Nice, manque de stadiers...), la LFP n’est pas assez sévères à l’égard des clubs où se déroulent les débordements. "La commission de discipline est une commission indépendante. Il y a une forme de délégation de la justice sur le point de vue sportif." Houlié n'a pas compris "les décisions récentes, principalement sur Nice-Marseille où les Niçois s’en sont bien sortis alors que ce sont eux qui ont mis un terme à un match durant lequel ils avaient causé eux-mêmes les violences." Et de poursuivre : "Ce laxisme est à l’origine de la reproduction de certains faits. Si vous aviez une perte sur tapis vert de ce match, il y aurait certainement des supporters qui réfléchiraient davantage."

Sacha Houlié, député de la Vienne, invité d'Apolline Matin
Sacha Houlié, député de la Vienne, invité d'Apolline Matin © RMC

Quatre interpellations, six blessés légers, sièges dégradés... le bilan des débordements

Lors de l'envahissement du terrain, des ultras ont lancé des projectiles et dégradé des sièges à Bollaert. Une source auprès de la préfecture indique que le bilan de ces débordements est de six blessés légers. Des interpellations ont également eu lieu. On vous explique tout ci-dessous.

Un lundi décisif après les débordements lors de Lens-Lille

Après les incidents intervenus lors de Lens-Lille samedi (1-0), la commission de discipline doit se réunir ce lundi, à partir de 12 heures. Au cours de cette réunion, il est probable que le dossier soit placé en instruction. Des sanctions à titre conservatoire pourraient être toutefois déjà prononcées en raison de la 7e journée de Ligue 1 en semaine. Lille accueillera Reims mercredi alors que Lens recevra Strasbourg.

>> Revivez ce derby du Nord particulièrement tendu juste ici

RMC Sport