RMC Sport

Ligue 1 (J2): les tops et les flops de la soirée

Caen, nouveau leader de la Ligue 1

Caen, nouveau leader de la Ligue 1 - AFP

Caen nouveau leader, le retour gagnant de Beauvue à Guingamp, la patate de Grosicki à Rennes, le match fou entre Troyes et Nice... Si le spectacle n’était pas sur toutes les pelouses de L1 ce samedi soir, les cinq matches un programme ont tout de même apporté leur lot d’enseignements. RMC Sport dresse ses tops et ses flops.

LES TOPS

Le leader s’appelle Caen

Après Angers, Caen. Le ballet des leaders improbables du mois d’août continue en Ligue 1. Vainqueur à Marseille (0-1) lors de la première journée, un résultat éclipsé par le coup de tonnerre Marcelo Bielsa quelques minutes après, le Stade Malherbe s’est imposé sur le même score (1-0) ce samedi à Michel-d’Ornano contre Toulouse et prend seul les commandes du championnat avant les trois matches du dimanche (où Bastia, Reims et Paris auront eux aussi l’occasion de monter à six points). Un succès obtenu grâce au défenseur Damien Da Silva, buteur de la tête sur un coup franc de Julien Féret.

Beauvue, retour gagnant

Main droite sur le cœur, main gauche levée en direction du public, il n’a pas souhaité célébrer son but. Comme pour s’excuser. Buteur pour Lyon sur la pelouse de Guingamp, le club où il avait passé les deux dernières saisons (22 buts en tout en Ligue 1), Claudio Beauvue a débloqué une attaque de l’OL qui restait en berne depuis le début de saison. Un retour en terre bretonne gagnant et plein d’émotion.

Le but du week-end pour Grosicki

Les jardiniers du Roazhon Park n’auront pas à s’occuper des toiles d’araignée du but occupé par Geoffrey Jourdren en seconde période. Kamil Grosicky s’en est chargé pour eux. Alors que des rumeurs bretonnes annonçaient un Philippe Montanier déjà sur la sellette, l’attaquant polonais a débloqué la situation pour les Rennais avec une merveille de frappe enroulée qui terminera sa course dans la lunette. Le but du week-end. Qui offre sa première victoire de la saison au Stade Rennais après la défaite à Bastia (2-1) lors de la première journée.

Alassane Pléa, monsieur 100%

Un penalty provoqué. Un but d’une frappe décroisée après un contrôle de la cuisse. Un centre parfait pour la troisième réalisation niçoise signée Le Marchand. Sans oublier de provoquer le deuxième jaune (et donc le rouge) de Mavinga. Alassane Pléa a été influent sur toutes les actions importantes en faveur de Nice sur la pelouse de Troyes (3-3). Monsieur 100%. Passeur décisif pour Valère Germain lors de la première journée (défaite 1-2 contre Monaco), le jeune (22 ans) attaquant français poursuit son beau début de championnat. Celui qui avait inscrit trois buts la saison dernière forme un trio offensif plus que prometteur avec Germain et un Hatem Ben Harfa qui semble en jambes. Mais si Nice veut en profiter, il va falloir travailler la défense.

LES FLOPS

Chris Mavinga, le rouge pas malin

Son équipe était déjà mal embarquée, menée 2-1 par Nice après avoir pourtant ouvert le score par Corentin Jean. Et Chris Mavinga n’a pas arrangé les affaires de l’ESTAC. Sanctionné d’un carton jaune à la 12e minute pour une intervention tardive sur Germain, le défenseur troyen a quitté ses partenaires dès la 32e suite à un tacle de boucher sur Pléa. Une énorme faute pas loin de… la ligne médiane. Inutile, quoi. Il y a des rouges mérités. Il y en a aussi des stupides. Facile de deviner dans quelle catégorie se range celui de Mavinga. Même si le retour de Troyes dans les dernières minutes (3-3) permet d’oublier un peu cette expulsion.

Et la défense de Nice a craqué

Une avance de deux buts avec un joueur en plus. Match plié ? Eh bien non. Alors que Nice semblait avoir les trois points en poche, sa défense n’a pas résisté à la furia troyenne de fin de match. Deux buts signés Camus (78e) et Thiago (93e) qui permettent au promu de marquer un deuxième point cette saison. Avec le trio Ben Harfa-Germain-Pléa, l’attaque niçoise a de la gueule. On n’en dira pas autant de la ligne arrière. Bravo, à l'inverse, à la volonté des Troyens de ne rien lâcher. Elle a été récompensée.

Montpellier ne décolle pas

Deux matches seulement. Mais toujours zéro point. S’il est trop tôt pour tirer des conclusions inutiles, Montpellier vit un mauvais début de saison. Après la défaite à domicile contre Angers (0-2), les hommes de Rolland Courbis ont concédé une deuxième défaite sur un superbe but de Grosicki dans les dernières minutes à Rennes (1-0). De quoi offrir la dernière place à un club septième la saison dernière. Seule équipe à zéro point avec Guingamp et Marseille (qui joue ce dimanche à Reims), le MHSC aura certainement du mal à lancer son compteur points avant le déplacement à Troyes fin août. Car la semaine prochaine, c’est un certain PSG qui lui rend visite.

Un spectacle façon L1

Avec six buts et un scénario fou, Troyes-Nice (3-3) est l’arbre qui cache la forêt. Pour le reste, on a retrouvé notre L1 du samedi soir. Quatre matches à 0-0 à la mi-temps. Trois buts seulement en seconde période pour ces quatre rencontres. Vous comptez bien, avec le 0-0 entre Monaco et Lille de vendredi, ça fait neuf buts en sept matches. Merci Troyens et Niçois.

A.H.