RMC Sport

Ligue 1: la Ligue répond sèchement à l'Association nationale des supporters

L'Association nationale des supporters et la Ligue de football professionnel s'affrontent par communiqués sur la question des sanctions collectives prononcées contre les tribunes par la Commission de discipline.

Querelle entre la Ligue de football professionnel et l'Association nationale des Supporters. La LFP s'est fendue ce jeudi soir d'un communiqué ferme, en réponse à un appel à l'instauration d'un moratoire sur les sanctions collectives prononcées contre les supporters par la commission de discipline. L'instance organisatrice de la Ligue 1 et de la Ligue 2 s'est déclarée "absolument opposée" à cette idée. 

Quelques heures plus tôt, l'Association nationale des Supporters s'était émue des décisions rendues mercredi par la commission de discipline de la LFP. Pour des usages d'engins pyrotechniques, la tribune Loire du FC Nantes a écopé d'un fermeture pour deux matchs (dont un avec sursis). Le tribune Etang de Thau du Montpellier HSC sera également privée de spectateurs, à cause d'une révocation de sursis pour les mêmes raisons. De surcroît, les deux virages du Vélodrome sont sous le coup d'un sursis pour de deux matchs pour les incidents survenus lors de la victoire contre l'OL le 10 novembre dernier (2-1).

Un communiqué "inutilement agressif"

"Cette politique archaïque est aujourd'hui une triste exception à l'échelle européenne. (...) Rien aujourd'hui ne peut justifier le recours à une politique disciplinaire collective ; par nature injustice, inefficace et illégitime", dénonce l'ANS, qui réclame la mise en place d'un groupe de travail et la suspension des recours "aux huis clos, fermetures de tribune et de parcage visiteur".

Un communiqué jugé "inutilement agressif et qui ne contribue pas à apaiser les débats", selon la LFP. "Retirer les sanctions collectives reviendrait de fait à priver la Commission de tout pouvoir de sanctions alors même que les incidents se multiplient. Depuis le début de la saison, soit après 13 journées de Ligue 1 Conforama, 1390 engins pyrotechniques ont été allumés, soit trois fois plus que la saison dernière à la même journée et un volume supérieur au total observé au cours de l’ensemble de la saison 2015-2016", plaide la Ligue, considérant que "les sanctions collectives sont la conséquence d'incidents graves".

Julien Absalon