RMC Sport

Ligue 1: le coup de gueule de Nice contre l'interdiction de déplacement de ses supporters à Nîmes

Un arrêté préfectoral interdisant samedi l’accès au stade des Costières aux fans niçois a été suivi d’un arrêté ministériel qui empêche tout supporter des Aiglons de se rendre ce jour-là "entre les communes du département des Alpes-Maritimes, d'une part, et la commune de Nîmes, d'autre part". Des mesures qui exaspèrent le club azuréen, qui invoque "les droits de l'homme".

"La colère vient s’ajouter au mécontentement." Dans un communiqué publié ce jeudi, l’OGC Nice s’insurge contre l’arrêté pris par le ministère de l’Intérieur qui interdit aux fans des Aiglons de se rendre samedi "entre les communes du département des Alpes-Maritimes, d'une part, et la commune de Nîmes (Gard), d'autre part". La préfecture du Gard avait déjà prononcé un arrêté au début du mois pour interdire les supporters niçois de se rendre aux stade des Costières pour la rencontre programmée samedi entre le Nîmes Olympique et Nice (20h), comptant pour la deuxième journée de Ligue 1. Nice avait alors poussé un premier coup de gueule, déplorant "une mesure contestable sur le fond, à la lecture d’un argumentaire imprécis voire erroné, comme sur la forme, l’annonce ayant filtré sur les réseaux sociaux avant même que le club n’en soit notifié". Mais la mesure prise par le ministère de l’Intérieur a donc ajouté encore plus d’incompréhension dans le clan niçois.

Nice invoque "les droits de l'homme"

"L’OGC Nice prend également acte de ces mesures tout en déplorant une décision injuste prise, main dans la main, par l’ensemble des autorités, qui utilisent avec excès leur pouvoir pour pénaliser les supporters en général et les niçois en particulier, au détriment de tous les efforts effectués par le club et ces derniers pour organiser le déplacement dans des conditions optimales. Néanmoins, le club ne cessera pas d'utiliser tous les moyens dont il dispose pour que ses amoureux puissent le suivre lors de ses futurs déplacements, et pour qu’au 'pays des droits de l’homme', les mentalités en matière de football et de supporters puissent enfin avancer", assure le club azuréen, qui comprend "la déception et l’immense frustration de ses fidèles". C’est donc sans leurs supporters que les hommes de Patrick Vieira tenteront donc d’enchaîner une deuxième victoire de suite en Ligue 1 après avoir fait tomber Amiens le week-end dernier (2-1) à l’Allianz Riviera.

RR