RMC Sport

Ligue 1 : Monaco a posé une réclamation pour le penalty

Vagner Love (Monaco)

Vagner Love (Monaco) - AFP

Battue par Bordeaux ce vendredi au stade Louis-II (1-2), en ouverture de la 32e journée de Ligue 1, l’AS Monaco a posé une réclamation après le penalty manqué par Vagner Love en fin de match.

On joue la 90e minute au stade Louis-II, ce vendredi soir. Benoit Bastien, l’arbitre de Monaco-Bordeaux, accorde un penalty aux joueurs de la Principauté pour une faute de Cédric Yambéré sur Guido Carrillo. Quelques instants plus tard, au début du temps additionnel, Vagner Love s’élance, freine sa course, frappe puis voit son ballon être repoussé par Jérôme Prior dans la confusion. Des joueurs sont entrés dans la surface, le gardien bordelais était très avancé… Vagner Love suit et pousse le ballon au fond des filets.

Mais Benoit Bastien ne valide pas le but. Il avertit, même, l’attaquant brésilien. Un but contre son camp de Frédéric Guilbert (90e+3) permettra bien aux Monégasque de réduire l’écart (1-2), mais en vain. Une bonne heure après le coup de sifflet final, cette séquence énigmatique du penalty faisait encore parler. Au point que l’ASM dépose une réclamation. Pas une réserve technique, mais bien une réclamation. Et sur les chances qu'elle aboutisse, le sourire de Jérémy Toulalan en fin de match en disait long...

Le fautif, c’est Carvalho

Deux versions ont été données au staff monégasque par l’arbitre principal, Benoît Bastien, et le 4e arbitre, Sylvain Palhies. L’une, une tricherie de Vagner Love avec sa pause dans sa course d’arrêt. L’autre, l’entrée de Ricardo Carvalho dans la surface avant le tir. Les arbitres n’ayant pas voulu s’exprimer, c’est le délégué qui a finalement fait la lumière sur cette affaire.

Le défenseur portugais est fautif, pas l’attaquant brésilien. Et comme le penalty n’a pas été marqué, il n’a pas été donné à retirer. L'ASM conteste pour sa part la position avancée de Jérôme Prior. Quant au carton jaune pour Vagner Love, incrédule sur cette action, c’est pour contestation. Il semblait pourtant qu’il n’avait pas contesté grand-chose, à part la priorité qu’avait peut-être Fabinho pour tirer les penalties… 

la rédaction avec YP