RMC Sport

Ligue 1: OL-ASM-OM, qui est le plus fort?

Après 17 journées de Ligue 1, trois équipes se retrouvent à la deuxième place au classement à égalité de points. Forces et faiblesses de l'OL, Monaco et l'OM, les trois poursuivants du PSG.

Le trio ne se quitte plus. A égalité de points avant la 17e journée de Ligue 1, Lyon, Monaco et Marseille ont tous gagné ce week-end. De quoi rester groupés à la deuxième place au classement, derrière un leader parisien qui semble intouchable, neuf longueurs devant. Alors que la trêve hivernale approche, état des lieux chez les trois équipes au coude à coude pour accrocher une qualification en Ligue des champions.

A lire aussi >> OM. Garcia: "Le débat autour de Germain va s’arrêter"

Les forces de l'OL

Redoutable à l'extérieur. Si la victoire sur la pelouse d'Amiens a été poussive voire chanceuse dimanche (1-2), il s'agit là du 5e succès de rang en déplacement pour les Lyonnais. L'OL est même la meilleure équipe de L1 à l'extérieur après 17 journées (20 points pris contre 18 à l'OM et 17 au PSG, avec un match de moins).

Les bonnes surprises Aouar, Tete et Mariano Diaz. Titulaire depuis deux mois, Houssem Aouar est devenu indispensable au milieu lyonnais par sa finesse. De quoi parler de révélation pour le joueur de 19 ans. Les recrues Kenny Tete et Mariano Diaz se révèlent des excellentes pioches pour le moment, le latéral droit néerlandais impressionne par sa solidité après une saison quasi blanche tandis que l'ancien du Real compte déjà 12 buts en L1 pour sa première vraie saison chez les pros.

Un Nabil Fekir retrouvé. Deux après une rupture des ligaments croisés survenue en septembre 2015, le joueur de 24 ans a récupéré le brassard de capitaine cet été. Mais aussi son meilleur niveau. Le meilleur joueur de l'OL totalise 11 buts en 14 matchs de L1.

A lire aussi >> Amiens-OL: avec un doublé, Aouar signe le miracle lyonnais

Les faiblesses de l'OL

Tout tourne trop autour de Fekir. Cette saison, Bruno Genesio a adopté le 4-2-3-1 pour mettre Fékir dans les meilleures dispositions et bien lui en a pris. Mais le reste de l'équipe ne réussit pas toujours à prendre le relais quand son capitaine est moins bien, ce qui est le cas ces derniers jours.

Une défense pas toujours sereine. L'OL a enchaîné 5 matchs sans encaisser de but entre fin octobre et fin novembre mais l'arrière-garde a retrouvé ses standards depuis, Morel, Diakhaby et Marcelo n'offrant pas de grandes garanties niveau sûreté.

Le climat autour de Bruno Genesio. Si l'entraîneur lyonnais a gagné du crédit et du répit au coeur de l'automne, il reste contesté par une partie des supporters. Surtout, son président Jean-Michel Aulas le fragilise publiquement au moindre accroc.

Les forces de Monaco

Encore et toujours Falcao. Sur la lancée de sa saison dernière, Radamel Falcao continue d'enchaîner les buts malgré une petite baisse lors des derniers matchs. Le capitaine colombien de l'ASM a scoré 14 fois en 14 matchs de L1. De quoi être largement en avance sur ses temps de passage de 2016-2017.

Lemar revient bien. Leonardo Jardim a été privé de Thomas Lemar pendant 6 matchs de L1 cette saison. A côté des irréguliers Rony Lopes, Keita Baldé et Rachid Ghezzal, Lemar reste la valeur sûre de l'animation asémiste. Le club de la Principauté montre un autre visage avec l'ancien Caennais sur la pelouse, comme lors de la "remontée" contre Troyes samedi (3-2).

Focus sur la L1. Plus qu'un point fort du début de saison de l'ASM, il s'agit d'un avantage pour la suite. Piteusement éliminé de la Ligue des champions et pas reversé en Ligue Europa, les Monégasques vont désormais pouvoir se concentrer sur les compétitions nationales, ce qui n'est pas le cas.

Les faiblesses de Monaco

Un onze type chamboulé. Les ventes records du dernier mercato estival ont obligé Leonardo Jardim à remodeler son équipe. Adieu Mendy, Bakayoko, Bernardo Silva, Mbappé et dans une moindre mesure Germain et Dirar. Réorganiser la moitié d'une équipe prend du temps, surtout que les recrues tardent à s'affirmer (Keita, Tielemans, Jovetic...).

Des cadres défaillants. Peut-être le meilleur gardien de L1 il y a un an, le Croate Danijel Subasic inquiète par sa fébrilité cette saison, comme ses deux boulettes du week-end l'ont encore montré. D'autres cadres apparaissent loin de leur meilleur niveau, que ce soit Glik derrière ou Fabinho, qui n'a toujours pas digéré son transfert avorté au PSG.

Du mal contre les "gros". Face aux équipes du top 5, Monaco n'a pris que 3 points sur 12. A part sa victoire contre un OM mal en point fin août (6-1), le club de la Principauté a perdu contre Lyon (3-2), Paris (1-2) et Nantes (1-0).

Les forces de l'OM

Thauvin n'a jamais été aussi fort. L'international français avait terminé la saison dernière avec 15 buts et 9 passes décisives. Après 17 journées, il fait encore mieux avec 8 buts et 8 passes, dont 2 dimanche soir contre Saint-Etienne (3-0).

Enfin des tauliers. Dans une équipe toujours en construction depuis la reprise par Frank McCourt, le leadership d'Adil Rami et Luiz Gustavo joue un grand rôle dans le bon début de saison de l'OM. Ces deux recrues se montrent très performantes autant qu'elles tranquillisent leurs coéquipiers. Un constat également valable pour le revenant Mandanda.

Jamais en panne. Malgré la méforme de Germain et Mitroglou, Marseille a réussi à marquer lors de chacun de ses matchs de Ligue 1. Une performance qu'aucun autre club n'a réussi cette saison, pas même le PSG, à sec à Strasbourg et Montpellier. 

Les faiblesses de l'OM

Un problème d'avant-centre. Si Valère Germain a inscrit un doublé contre Saint-Etienne dimanche, il s'agissait du dépucelage de l'ex-Monégasque en L1 cette saison. L'autre avant-centre de l'effectif, le Grec Kostas Mitroglou, vit également une première moitié de saison difficile. Auteur de deux petits buts, il peine à s'adapter au championnat français.

Payet pas à la hauteur. Le gros investissement de l'ère McCourt n'est pas au niveau attendu et il en est conscient, comme il l'a rappelé il y a quelques jours. Gêné par deux petites blessures, l'ex joueur de West Ham n'a marqué qu'une fois cette saison.

A lire aussi >> OM. Payet: "Mon niveau actuel n'est pas celui que je dois avoir"

Un effectif un peu léger. Sans briller, l'OM est parvenu à se qualifier pour les 16es de finale de la Ligue Europa. Les difficultés à se sortir d'un groupe avec Konyaspor, Guimaraes et Salzbourg ont mis en évidence le manque de profondeur de l'effectif phocéen à certains postes, le club phocéen étant un ou deux crans en-dessous avec une équipe remaniée.

ADS