RMC Sport

Ligue 1: pour sauver le foot pro, l'UNFP appelle les joueurs à baisser leurs salaires

L'UNFP appelle les joueurs à "discuter rapidement avec leurs clubs" pour envisager des baisses de salaire. Cette prise de position du syndicat des footballeurs survient après une réunion avec des dirigeants et la LFP, confrontés à la crise économique et le problème des droits TV.

"Pleinement consciente de la situation", l'UNFP encourage les joueurs à baisser leur salaire. Après avoir discuté ce mardi avec la Ligue de football professionnel et plusieurs dirigeants de clubs de Ligue 1 et de Ligue 2, l'Union nationale des footballeurs professionnels se déclare en effet favorable à ce qu'un dialogue social soit ouvert.

"L'UNFP invite les joueurs à discuter rapidement avec leurs clubs pour envisager les modalités de réduction de leurs rémunérations afin de sauver le football professionnel fortement affecté par cette crise et pour faire en sorte que la saison 2020/2021 aille à son terme", écrit dans un communiqué la LFP qui rapporte la position du syndicat.

"L’UNFP accompagnera les joueurs et les dirigeants dans leurs discussions dans chacun des clubs de Ligue 1 et de Ligue 2, ajoute le communiqué de la Ligue. En parallèle, les parties se réuniront de nouveau pour envisager des mesures structurelles afin de participer à une réforme plus globale du football professionnel (format des compétitions, limitation des effectifs, redevances, formation, etc…)".

La crise des droits TV s'est ajoutée à la pandémie

S'il n'est que consultatif, l'avis de l'UNFP, dont les co-présidents Philippe Piat et Sylvain Kastendeuch avaient été des fervents défenseurs de l'arrêt de la saison précédente, donne en tout cas plus de poids aux demandes des présidents de clubs. Ceux-ci, qui subissent toujours les graves conséquences économiques de l'épidémie du Covid-19, doivent désormais gérer le manque à gagner provoqué par la résiliation du contrat des droits TV avec Mediapro.

Jean-Pierre Caillot, à la tête du Stade de Reims, a ainsi prévenu dans une interview au Monde: "Si les entreprises déposent le bilan, les joueurs seront au chômage et pour le coup, on connaît le maximum de l’indemnisation qui est très éloigné de la rémunération moyenne d’un footballeur".

Durant le premier confinement, l'UNFP avait négocié un accord-cadre pour un report des salaires. Celui-ci n'avait pas de caractère obligatoire, mais permettait aux joueurs et aux dirigeants d'avoir un texte de référence pour les négociations individuelles et collectives dans chaque club.

JA