RMC Sport

Lille-Metz: le gros coup du Losc qui met la pression sur ses rivaux dans la course au titre

Bousculé comme rarement, Lille a dominé dans la douleur le FC Metz (2-0), ce vendredi, pour le compte de la 32e journée de Ligue 1. Les Dogues confortent leur première place en attendant les matchs de leurs poursuivants ce week-end.

Jusqu’à présent, Christophe Galtier a toujours refusé de parler ouvertement du titre. Mais il ne va plus pouvoir se cacher très longtemps derrière ses habituels éléments de langage. Une semaine après son gros coup réussi du côté des Parc des Princes (1-0), Lille a fait un pas de plus vers son rêve inavoué en s’imposant ce vendredi à Metz (2-0), en ouverture de la 32e journée de Ligue 1.

Ce résultat permet aux Dogues de conforter leur première place, avec provisoirement six points d’avance sur Paris, sept sur Monaco et huit sur Lyon. Trois poursuivants qui défieront respectivement Strasbourg, Dijon et Angers ce week-end. Epatants contre le PSG, les Dogues ont cette fois-ci été bousculés comme rarement par des Messins sans complexe et à l’affût d’une place européenne. Mais ils n’ont jamais craqué et certains y verront peut-être la fameuse chance du futur champion.

Les missiles de Yilmaz et Zeki Celik

Dans ses buts, Mike Maignan a tout simplement été monstrueux. Héroïque, même. Son festival a démarré à la 17e minute lorsqu’il s’est détendu pour repousser le penalty d’Aaron Leya Iseka, consécutif à une faute de main de José Fonte. Annoncé notamment dans le viseur de Tottenham, Maignan a ensuite écoeuré Farid Boulaya (21e, 58e, 80e), Fabien Centonze (28e), Lamine Gueye (59e) et encore Leya Iseka (50e). Tout lui a réussi. Lorsqu’il a cru être battu, son montant droit est venu à sa rescousse pour empêcher Pape Sarr d’ouvrir le score sur une tentative détournée par Sven Botman (52e). Sans idées et sans maîtrise, dominés dans le pressing, et bien peu inspirés offensivement, les Lillois semblaient se diriger au mieux vers un nul.

Burak Yilmaz en a décidé autrement. Aligné à la pointe de l’attaque en l’absence de Jonathan David, blessé, l’international turc a délivré les siens à l’heure du jeu sur un tir surpuissant, ne laissant aucune chance à Alexandre Oukidja (60e). Absent deux mois pour cause de blessure, Yilmaz n’avait plus marqué en club depuis le 9 janvier (1-0 à Nîmes). Son compatriote Mehmet Zeki Çelik s'est chargé de tuer tout suspense d'une lourde frappe du droit à l'approche du temps additionnel (89e). Prochain rendez-vous pour les Lillois vendredi prochain contre Montpellier. Avec l'esprit libéré d'ici là.

RR