RMC Sport

Lille: "Pogba m’inspire au quotidien", confie Amadou Onana

Recruté par le LOSC cet été, en provenance de Hambourg, le jeune milieu de terrain Amadou Onana (20 ans) est de plus en plus utilisé par Jocelyn Gourvennec. Il a répondu à RMC Sport.

Du haut de son 1m95, on le compare déjà à Paul Pogba pour sa silhouette et son allure sur le terrain. Amadou Onana, 20 ans, né à Dakar d'un père belge, est capitaine des Diables Rouges chez les U21. Les responsabilités, déjà. Cet été, le LOSC l'a arraché à Hambourg, en deuxième division allemande, pour environ 9 millions d'euros, alors que Naples ou City étaient également sur les rangs.

La filiation belge à Lille, avec les passages d'Eden Hazard et Divock Origi, a peut-être joué. Jocelyn Gourvennec, en tout cas, lui donne de plus en plus de temps de jeu et Onana fait preuve d'une maturité déjà impressionnante. Polyglote, il parle cinq langues et se montre déjà très à l'aise face aux médias. Il a répondu aux questions de RMC Sport.

Comment s’est passée votre arrivée au LOSC? Beaucoup de clubs étaient intéressés: Naples, des clubs anglais...

Oui c’est vrai que j’ai eu beaucoup de sollicitations, un peu partout en Europe. Mais le LOSC m’a proposé un projet très détaillé, très concret, c’est un club qui a beaucoup d’ambition et c’est pour ça que j’ai choisi ce projet-là. Mon arrivée s’est très bien passée avec des coéquipiers très ouverts qui ont facilité mon intégration, franchement je suis content.

Avez-vous été surpris ou impressionné par les infrastructures?

Oui impressionné par les infrastructures parce que le domaine est immense. Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai pas encore fait tout le tour, je pense que ça va prendre un peu de temps, mais je suis impressionné par la rigueur dans le travail, le professionnalisme franchement au top.

Tout le monde est impressionné par votre maturité à 20 ans, votre facilité à parler à tout le monde devant les médias, à ne pas être stressé. Comment l'expliquez-vous?

Je pense que ça passe par mon éducation. J’ai été éduqué de cette manière, on m’a toujours dit d’être sûr de moi et respectueux en même temps. Je pense que je dois dire merci à mes parents, à ma maman qui m’a donné cette éducation-là. Je suis un gars assez ouvert à la discussion.

Vous parlez cinq langues, vous avez peut-être des facultés à assimiler très vite?

Je pense que oui, à intégrer les choses un peu plus un peu plus rapidement que la moyenne. Après, ça se travaille quand même.

Vous parlez cinq lanques, mais lesquelles?

Le wolof, le français, l’allemand, le néerlandais et l’anglais.

Vous faisiez du basket plus jeune. Avez-vous hésité entre le foot et le basket?

Hésiter, oui et non, parce que quand j’étais petit, le foot c’était un rêve, la passion que j’ai partagée avec ma famille, mes amis. C’est ce que j’ai toujours voulu faire. J’ai toujours aussi eu cette passion pour le basket mais c’est le foot que j’ai toujours voulu faire. Au final, je suis content d’avoir pris la décision de me concentrer entièrement sur le football.

Vous jouer de plus en plus cette saison, vous commencez à prendre une dimension qui augmente la concurrence?

Petit à petit, je pense que je prends mes marques, je commence à avoir de plus en plus de temps de jeu. Je suis satisfait de mes performances jusqu’ici, je vais continuer à travailler pour aller chercher encore plus.

Vous mesurez 1,95 mètre, avec votre profil, on a tendance à vous comparer à Paul Pogba...

Oui, on me compare souvent à lui. Pogba m’inspire au quotidien. C’est un joueur physique, technique, avec une vraie intelligence de jeu. Je pense que c’est un joueur exceptionnel, un joueur de référence. Maintenant, je suis Amadou Onana et j’ai envie de travailler pour être la meilleure version de moi-même.

De quels joueurs au LOSC êtes-vous le plus proche?

Avec quasiment tout le monde. Je suis souvent avec Jonathan Bamba et Ikoné, aussi avec Isaac Lihadji. Quotidiennement, sur le terrain, j’apprends beaucoup de Benjamin André, de Xeka, de Renato Sanches. Je pense que ce sont des joueurs d’expérience qui m’apportent beaucoup dans le football. C’est un plaisir de travailler avec eux.

Depuis la victoire contre Marseille (2-0), le LOSC au complet donne l’impression d’avoir retrouvé ses qualités de l’année dernière...

Oui c’est ça, quand on voit la qualité de notre banc contre l’OM, c’est impressionnant. C’est un plaisir de retrouver le groupe au complet et on voit que ça va de mieux en mieux.

Pour la Ligue des champions, avez-vous la pression du résultat avant la double confrontation face à Séville?

Une pression, oui et non, on en a tout le temps quand on est joueur de foot professionnel. Dans le groupe, il n’y a pas une différence de points extraordinaire qui fait que l’on doit tirer la sonnette d'alarme. Mais on va tout donner pour aller chercher un maximum de points sur ces deux matchs.

Beaucoup de Belges sont passés par le LOSC, comme Eden Hazard ou Divock Origi. Est-ce que cela vous a influencé?

Je ne sais pas si ça a joué. Mais cette connexion entre Lille et les Belges a toujours très bien fonctionné, il n’y a pas de raison pour ça ne fonctionne pas cette fois-ci. Ce sont des joueurs qui ont fait une très belle carrière, qui sont aujourd'hui à Liverpool et au Real Madrid, si ça passe comme ça pour moi, je signe tout de suite.

Quand on parle d’un joueur belge formé à Lille et qui a eu une belle réussite, on pense tout de suite à Eden Hazard...

Ses performances parlent d’elles-mêmes, c’est un joueur extraordinaire avec des qualités hors-normes. Ce n’est pas pour rien s’il est capitaine des Diables Rouges et qu’il est beau à voir jouer. L’objectif serait de jouer avec lui en sélection mais ça passe par mes performances à Lille et avec les U21 belges.

Tout va très vite pour vous, vous êtes passez de la D2 allemande à la Ligue 1 et la Ligue des champions avant peut-être la sélection avec les A. On sent que vous êtes mature pour encaisser tout ça...

Si je suis prêt ou pas, c’est au sélectionneur de décider. Moi je regarde au jour le jour mon travail, je ne mets pas de très grosse pression. Je me fixe des objectifs assez hauts et je mets tout en oeuvre pour pouvoir les atteindre.

Avec le retour de Renato Sanches et la concurrence, pouvez-vou jouer à un autre poste qu'au milieu?

Je pense que je peux jouer ailleurs qu'au milieu de terrain. Je suis capable de jouer en défense centrale, je l’ai déjà fait en sélection. Mais le retour de Renato va faire du bien à l’effectif parce que c’est un joueur avec beaucoup de qualités. C’est une concurrence très saine.

Par Jean Bommel