RMC Sport

LOSC: Lopez savoure la "revanche" de son ancien club

Président du LOSC jusqu'en décembre avant le rachat du club, Gérard Lopez a savouré aussi le titre de son ancienne équipe dimanche, à distance. L'homme d'affaires, dans un entretien à L'Equipe, évoque une "revanche" pour le Lille de Christophe Galtier, qui a eu le sentiment d'être floué la saison dernière par l'arrêt prématuré du championnat.

Ce titre de champion de France, c'est aussi celui de Gérard Lopez, président du LOSC jusqu'en décembre dernier. Remplacé par Olivier Létang depuis le rachat du club par le fonds d'investissement luxembourgeois Merlyn Partners, l'homme d'affaires a suivi à distance ce dimanche soir le sacre de son ancienne équipe.

Victorieux face à Angers (2-1) ce dimanche lors de la dernière journée de Ligue 1, Lille s'est offert son quatrième titre de champion de France de son histoire. "Je suis fier d'eux, a lâché Gérard Lopez à l'Equipe. Je les remercie de la joie qu'ils m'ont procurée et de tous les témoignages qu'ils m'ont laissés depuis mon départ et ce qui est survenu dans ma vie personnelle."

"Avec Galtier, nous sommes devenus amis"

Ces dernières semaines, Christophe Galtier n'a jamais hésité à rendre hommage à son ancien président, touché par la disparition de son père en avril dernier, emporté par le coronavirus. "J'ai énormément apprécié le soutien et nos échanges avec Christophe. Nous sommes devenus amis, a indiqué Lopez. Et avec certains joueurs clés. J'ai continué à les pousser à faire du mieux possible, à rester hyper connecté. Je voulais vraiment qu'ils terminent le boulot entamé il y a trois ans et demi."

Arrivé en décembre 2017 à la tête d'une équipe qui jouait sa survie en Ligue 1, alors 18e, Christophe Galtier a mis trois ans et demi à ramener le titre au LOSC, dont le dernier sacre remontait en 2011. Mais pour Gérard Lopez, le titre est né de la saison arrêtée en cours de route l'année dernière, où Lille avait terminé 4e, à un point de la Ligue des champions.

"J'ai échangé longuement avec Christophe sur cette injustice. On pensait vraiment terminer en trombe notre championnat. Et on avait le sentiment d'être floués, a confié Gérard Lopez, qui a gardé des contacts au club. On a décidé de prendre notre revanche sur le terrain. Ce titre est une revanche! On a commencé à préparer notre équipe en mode commando. J'ai dit aux joueurs: "vous irez chercher au plus profond de vous ce que l'on vous a enlevé.' Tout le groupe s'est mobilisé autour de cette idée, de cette ambition, avait le sentiment d'être spoilés. On a décuplé nos forces. On s'est mis en mode guerrier."

GL