RMC Sport

Metz-OL - Hinschberger: "Aulas en a fait des tonnes"

Invité de l’After sur RMC, Philippe Hinschberger, l’entraîneur du FC Metz, a réagi aux décisions de la commission de discipline de la LFP. Cette dernière a décidé de faire rejouer à huis clos le match de son équipe face Lyon, interrompu le mois dernier en raison de jets de pétards visant Anthony Lopes. Mais elle a surtout infligé un retrait de deux points au club lorrain.

C’est avec un certain abattement que Philippe Hinschberger a appris les décisions de la commission de discipline de la LFP. Réunie ce jeudi à Paris, cette dernière a décidé de faire rejouer à huis clos le match entre Metz et Lyon interrompu le mois dernier après des jets de pétards sur Anthony Lopes, transporté à l’hôpital. Mais elle a également infligé un retrait de deux points au club lorrain, qui perd une place au classement et se retrouve 19e. Une sanction que ne comprend pas le coach messin.

>> Ligue 1 : Metz-OL sera rejoué, des points retirés au club messin

« Si on prend bêtement les faits, quand le match s’est arrêté, on avait trois points. Aujourd’hui, on nous enlève deux. Donc ça nous fait cinq points de moins, a réagi Hinschberger dans l’After sur RMC. J’ai envie de raisonner comme ça. Faire rejouer le match à huis clos et nous enlever deux points, c’est un peu difficile à comprendre. Je ne vois pas pourquoi on tape sur le sportif. »

Hinschberger : « Je trouve ça assez dangereux »

Le coach des Grenats regrette également l’attitude de l’OL et de Jean-Michel Aulas dans cette affaire : « La pression qu’a mis l’Olympique Lyonnais, par l’intermédiaire de son président (Jean-Michel Aulas, ndlr), qui a demandé des sanctions exemplaires, je ne trouve ça pas cool du tout. Il en a fait des tonnes. Il faudrait que chacun se rappelle que ça peut arriver à n’importe qui. Un pétard, c’est la moitié d’un stylo bille donc vous pouvez le rentrer n’importe où. Je déplore aujourd’hui l’absence de solidarité du football français. Je ne le souhaite à personne mais ça peut arriver dans tous les stades. Aujourd’hui, on est le petit FC Metz. Est-ce qu’on aurait agi de la même façon avec un grand club ? Le sentiment qui va prédominer demain dans le vestiaire, ce sera le dégoût. »

>> Vidéo : Alex Morgan est arrivée à Lyon

Au-delà de sa déception, Hinschberger estime que cette décision peut créer un précédent et donner des idées à certaines personnes mal intentionnées : « Donner des sanctions par rapport à des gens qui font arrêter un match, ça ouvre des portes. Bien sûr il faut punir et faire tout ce qu’on peut pour que ça n’arrive pas. Mais ça ouvre des portes énormes. Je trouve ça assez dangereux ».

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur