RMC Sport

Monaco-PSG: Kovac révèle le discours mobilisateur qu'il a tenu à la pause

Monaco a fait tomber le PSG ce vendredi (3-2), lors de la onzième journée de Ligue 1. Menés à la pause de deux buts, les joueurs du Rocher se sont finalement imposés. En conférence de presse d'après-match, l'entraîneur monégasque Niko Kovac a révélé quelques détails de sa causerie à la pause.

Menés à la mi-temps ce vendredi face au PSG (0-2), Monaco a su renverser la situation au retour des vestiaires pour s'imposer (3-2) lors de cette affiche comptant pour la onzième journée de Ligue 1.

"En première période, nos jeunes joueurs ont eu peur"

Par un doublé, Kylian Mbappé avait donné l'avantage aux Parisiens. "J'ai dit à la mi-temps qu'on avait mal joué. Ce n'était pas le visage de l'AS Monaco que je veux voir, a réagi après la rencontre Niko Kovac, entraîneur monégasque. C'est celui de la deuxième mi-temps. J'ai dit: 'OK c'est 2-0, mais si on revient à 2-1, tout peut changer'. C'est ce qui s'est passé."

La réaction monégasque n'a pas tardé avec la réduction du score de Kevin Volland en début de seconde période (1-2, 52e). Puis l'avant-centre allemand s'est chargé de l'égalisation (65e, 2-2) du pied gauche, sur une passe de Cesc Fabregas.

"On ne peut battre Paris que si on se comporte en équipe. C'est ce qu'on a fait. Je félicite mes joueurs. C'est l'équipe qui est récompensée. On gagne ensemble. On perd ensemble. En première mi-temps, nos jeunes joueurs ont eu un peu peur, a encore reconnu Kovac. Il y avait des noms en face. J'ai dit que c'était aussi des êtres humains. Il fallait jouer de façon plus rapide."

"C'est une grande victoire mais c'est un marathon"

Déjà double buteur, Kevin Volland a obtenu un penalty en fin de rencontre, sur une faute d'Abdou Diallo, qui a valu au défenseur parisien un carton rouge.

"Je ne suis pas surpris par Kevin. Je sais ce qu'il peut faire et donner à ce groupe. Ce n'était qu'une question de temps. Mais on a vu la manière de le rendre plus efficace possible. On a désormais deux buteurs, avec Wissam (Ben Yedder), c'est très positif, s'est félicité Niko Kovac. Les entrants ont beaucoup apporté aussi. Caio (Henrique) a beaucoup donné sur le côté gauche. Cesc (Fabregas) a beaucoup apporté. C'est un top professionnel et une très bonne personne. Il aide les plus jeunes."

Entré en cours de match, l'expérimenté Cesc Fabregas a converti le penalty (81e, 3-2) pour offrir la victoire aux siens. Si le PSG reste leader, Monaco remonte à la deuxième place du classement, à 4 points.

"Mais on doit rester les pieds sur terre. Rien n'est fait. Si la Ligue 1 s'arrêtait maintenant ce serait bien. Mais ce n'est pas le cas. C'est une grande victoire mais c'est un marathon, a comparé Kovac. Il faut continuer à apprendre. On sait où on est. Mais je ferai tout pour qu'on ne s'enflamme pas."

Monaco aura l'occasion de confirmer sa bonne forme du moment, avec trois victoires en autant de rencontres, face à Nîmes le 29 novembre prochain.

>> La Ligue 1 est disponible via l'offre RMC Sport-Téléfoot

GL