RMC Sport

Monaco-PSG: "Inadmissible", Kimpembe ne mâche pas ses mots après la défaite de Paris

Après la défaite du PSG (3-2) à Monaco ce vendredi en Ligue 1, alors que l'équipe menait 2-0, Presnel Kimpembe n'a pas mâché ses mots. Le défenseur parisien parle d'une deuxième période "inadmissible", alors que se profile un match de Ligue des champions très important mardi contre Leipzig.

Alors qu'il menait 2-0 à la pause après un doublé de Kylian Mbappé (et un but refusé pour hors-jeu à Moise Kean), le PSG s'est effondré en deuxième période pour finalement s'incliner 3-2 à Monaco ce vendredi, dans le cadre de la 11e journée de Ligue 1. Un scénario qui peut inquiéter, à quatre jours du match contre Leipzig en Ligue des champions (mardi 21h sur RMC Sport). 

"On fait une deuxième période catastrophique, même inadmissible, on n'a pas le droit de faire une deuxième période comme ça avec l'équipe qu'on a", tacle Presnel Kimpembe sur Téléfoot. Référence à ce trou d'air énorme, face à un Kevin Volland renversant et parfaitement secondé par l'entrant Cesc Fabregas.

"Il faut vite penser à autre chose"

Inquiétant avant Leipzig? "Non, c'est le football, ça arrive, tempère Presnel Kimpembe. Le match est terminé, même s'il se finit de la pire des façons. Il va falloir relever la tête mardi (en Ligue des champions ndlr). C'est notre faute. C'est une deuxième période à oublier. Il faut vite penser à autre chose, ce n'était pas possible ce soir."

Dans la foulée de son défenseur, Thomas Tuchel a admis que la responsabilité de ce résultat était parisienne. "C'était notre faute, clairement. C'est toujours possible de perdre, mais perdre comme ça, c'est très bizarre et absolument pas nécessaire, parce qu'on contrôlait tout. Je ne suis pas content de notre jeu avec et sans ballon. Après on a arrêté complètement, c'était impossible de gagner les duels, on a perdu le contrôle du match, poursuit-il. C'est bizarre, ce n'est pas normal pour nous. J'ai vraiment l'impression qu'on faisait comme si c'était 3-0 ou 4-0...", déplore l'entraîneur. 

A.Bo