RMC Sport

Montpellier: "Je sais que ce mercato sera très important pour moi", annonce Lecomte

Dans une interview à l'Equipe ce mardi, le gardien de Montpellier Benjamin Lecomte évoque ses ambitions avec les Bleus. Et estime qu'une expérience sur la scène européenne sera quasi-obligatoire pour sa progression. Que ce soit avec le MHSC, ou un autre club...

En septembre dernier, Benjamin Lecomte a pu goûter à l'équipe de France, et ce passage à Clairefontaine lui a particulièrement plu... Dans une interview à l'Equipe ce mardi, le gardien de Montpellier, avant de recevoir le PSG (19 heures), explique qu'il ambitionne de faire partie du groupe tricolore pour l'Euro 2020, puis le Mondial 2022. "Ça fait partie des objectifs. Ce train, il faut que je l’attrape, reconnait-il. Quand tu es en équipe de France, tu prends une claque. [...] C’est un booster de progression, de maturité, c’est pour cela que je veux y retourner."

Mais afin d'y parvenir, le portier de 28 ans, passé par Lorient et Dijon, sait que de bonnes performances en club seront primordiales. Et qu'une expérience sur la scène européenne sera quasi-obligatoire. Aussi, à quelques semaines de l'ouverture du mercato, Lecomte, sous contrat jusqu'en 2023, ouvre clairement la porte à un départ.

"Si on n'est pas européens, ça va être compliqué..."

"J’arrive à un carrefour, c’est évident. Il ne faut pas que je me trompe. Je peux rester, si on est européens, ça peut m’ouvrir les portes de l’équipe de France. Si on n’est pas européens, ça va être compliqué, glisse le gardien. Il faut être réaliste. Je sais que ce mercato sera très important pour moi. Après, je ne partirai pas pour partir car je sais ce que j’ai ici. Et je suis concentré à 100% sur notre fin de saison. Je n’ai pas la tête ailleurs comme j’ai pu l’entendre."

Et pas forcément à Marseille, malgré les rumeurs persistantes. "Dans la rue, je croise des gens que je ne connais pas qui m’en parlent, on m’annonce partout, mais moi je n’en sais rien, sourit-il. La dernière fois, un vendeur m’a parlé du PSG! On me parle aussi d’Italie, d’Espagne… Pour l’instant, mes agents ne m’ont remonté aucune information. Après, peut-être que les gens savent ma vie mieux que moi…"

CC