RMC Sport

Montpellier-PSG: le patron, c’est Matuidi

Matuidi a inscrit un deuxième but en L1 cette saison.

Matuidi a inscrit un deuxième but en L1 cette saison. - AFP

Sans briller, le PSG a remporté un troisième succès de rang en Ligue 1 sur la pelouse de Montpellier (1-0). Face à des Montpelliérains frileux et maladroits, le club de la capitale s’en est remis, encore une fois, à Blaise Matuidi.

Depuis le début de cette nouvelle saison, Blaise Matuidi a fait son apparition sur la page d’accueil du site officiel du PSG. Un symbole qui n’est pas qu’un détail. Il illustre, si besoin en était, l’importance du milieu de terrain français dans cet effectif de stars. Arrivé en 2011, avant tous ces grands noms du football mondial, Blaise Matuidi est celui qui porte le club de la capitale depuis plusieurs matches. Ce vendredi soir, dans un match où les attaquants parisiens sont encore restés muets, c’est l’international français qui a fait mouche. Une fois de plus. A l’heure de jeu, l’ancien Stéphanois a profité d’un bon travail de Lavezzi et Maxwell pour tromper Ligali de près. Son deuxième but de la saison, faisant de lui le meilleur buteur du PSG et du championnat (à égalité avec Floyd Ayité) et qui offre la victoire aux siens à la Mosson (1-0).

Quatre frappes, quatre buts

Longtemps, Blaise Matuidi a été rangé dans la case des marathoniens. Ces joueurs capables d’enchaîner les efforts intenses pendant 90 minutes. Mais depuis plus d’un an, le numéro 14 du PSG est plus que ça. Pour preuve, son implication sur trois des quatre derniers buts du PSG en Ligue 1. Car devant le but, l’ancien Troyen est d’une redoutable efficacité. Ses quatre dernières frappes en L1 ont toutes fait trembler les filets ! « Il ne faut pas s’habituer non plus. Le plus important, c’est que Paris gagne, insiste le buteur. J’essaie d’aider l’équipe au mieux, si je peux être décisif c’est tant mieux mais il ne faut pas que j’oublie mon rôle avant tout. » Ce vendredi, en l’absence de Marco Verratti, l’international français devait aussi se concentrer sur son rôle au milieu, aux côtés d’Adrien Rabiot, entré en jeu dès la 9e minute en remplacement d’un Javier Pastore touché au mollet.

Montpellier a eu les opportunités

Un travail que Blaise Matuidi a accompli avec sérieux (94% de passes réussies), devant un Thiago Motta omniprésent (110 ballons joués) mais parfois brouillon. Pourtant, à de nombreuses reprises, le milieu parisien s’est retrouvé piégé par une équipe héraultaise très rapide en contre, mais incroyablement maladroite dans la dernière passe, à l’instar de Mounier et Bakar. Des offensives du MHSC qui ont eu le mérite de mettre à l’œuvre pour la première fois de la saison Kevin Trapp, impeccable sur une tête de Bensebaini en début de seconde période. Avec ce troisième succès en autant de journées, les hommes de Laurent Blanc sont solidement installés aux commandes de la Ligue 1. Déjà. Et ils le doivent en grande partie à Blaise Matuidi, qui en plus d’être français, a décidément tout pour incarner cette équipe parisienne.

Stambouli : « Jouer à la Mosson, ça fait du bien »

Benjamin Stambouli a retrouvé le terrain de la Mosson ce vendredi, mais cette fois sous les couleurs du Paris Saint-Germain, vainqueur de Montpellier (1-0). Sous les applaudissements du public héraultais : « Jouer un match ici, retrouver le stade de la Mosson, même si c’était en tant qu’adversaire, ça fait du bien, a confié le milieu de terrain après le match. C’est spécial mais voir qu’ils ne m’ont pas oublié. Je pense qu’on s’est mutuellement laissé une bonne image et c’était quelque chose qui me tenait à cœur. »

R.F avec J.S à Montpellier