RMC Sport

Nantes: Domenech évoque Knysna avec ironie et en profite pour vendre son livre

Interrogé ce jeudi, pour sa première conférence de presse d'entraîneur du FC Nantes, sur les événements de Knysna quand il était sélectionneur des Bleus, Raymond Domenech a assuré avoir tourné la page. Il en a profité pour plaisanter sur son livre "Tout seul", qu'il "pourrait" offrir à ses joueurs.

Raymond Domenech n'a pas perdu son sens de la petite phrase. Pour sa première conférence de presse comme entraîneur du FC Nantes, l'ancien sélectionneur des Bleus a été interrogé sur l'épisode chaotique de Knysna durant la Coupe du monde 2010. Il lui a notamment été demandé s'il en avait déjà parlé à ses joueurs. "Pas encore, parce qu'on n'en a pas vraiment eu le temps", a-t-il répondu ce jeudi.

>> Revivez la conférence de presse de Raymond Domenech

"Ça se fait en général dans les déplacements, quand on a un peu plus de temps, a-t-il expliqué. Là, leur journée est bien meublée entre les entraînements, la récupération, le travail avec les kinés... Il faut avoir des moments d'intimité pour ce genre de trucs."

Reste que pour le jour venu, quand le sujet finira par être mis sur la table, la réponse est déjà toute trouvée: "Je leur dirai que j'ai écrit un livre qui s'appelle Tout seul, chez Flammarion. 19,90 euros." L'occasion pour lui de lancer une boutade: "Mais il est aussi en poche, moins cher! Je pourrai leur offrir, c'est une bonne idée que vous me donnez."

"C'est une autre vie"

Plus sérieusement, Raymond Domenech assure s'être "débarrassé" depuis "très longtemps" de cette étiquette de Knysna. "J'ai vécu autre chose, a-t-il assuré. J'ai repris du plaisir avec le football, en regardant des matchs, en allant voir des entraînements, en discutant avec des entraîneurs. (...) C'est une autre vie."

"Ce qu'il s'est passé avant, c'est écrit. Je ne le changerai pas, personne n'y changera rien. C'est comme ça. Il faut vivre avec son temps, son époque, avec ce qu'on est en train de vivre", a martelé Raymond Domenech, assurant avoir "tourné la page". 

Et quand un journaliste l'a piqué en lui demandant s'il appréhendait les trajets en bus, en référence à cette fameuse grève des joueurs de l'équipe de France refusant de s'entraîner, sa réponse après un temps de réflexion s'est avérée très sobre: "Je connais l'humour de Twitter. Je sais. Mais c'est la même réponse... On n'efface pas son passé." 

JA