RMC Sport

Nantes: "Tout ce qu'il se passe à l'extérieur, je m'en moque totalement", lance Franck Kita

Lors de la présentation d’Antoine Kombouaré en tant que nouveau coach du FC Nantes, ce jeudi, Franck Kita en a profité pour faire passer un message très clair. Le directeur général délégué des Canaris, fils du propriétaire Waldemar Kita, n’entend pas céder à la pression entre rumeurs de vente et grogne des supporters.

Une longue introduction. Et une mise au point très ferme. Franck Kita a profité de la présentation d’Antoine Kombouaré en tant que nouvel entraîneur, ce jeudi, pour s’exprimer sur la situation difficile dans laquelle se trouve le FC Nantes. En remplaçant Raymond Domenech, le directeur général délégué du club espère relancer son équipe, actuellement 18e de Ligue 1. Avec l’objectif de conserver sa place dans l’élite en fin de saison. Il sera alors temps de faire un bilan plus global. Et de savoir si Kombouaré poursuivra sa mission au-delà de l’été (il signera pour deux saisons supplémentaires en cas de maintien). D’ici-là, le fils du propriétaire Waldemar Kita n’entend pas céder à la pression des supporters, qui ne cachent pas leur mécontentement depuis plusieurs mois. Et encore moins vendre le club, que son père a racheté en 2007.

"Dès qu'il n'y a pas de résultat, c'est comme ça dans tous les clubs, estime Kita sur la fronde des supporters. Dès que ça gagne quelques matchs, ça repart. Actuellement, il y a des choses plus importantes que de changer d'entraîneur et de perdre des matchs. Je condamne ce qu'il se passe dans tous les autres clubs. Ce n'est pas qu'à Nantes, il y a aussi Saint-Etienne et Marseille. Il faut remettre les pieds sur terre. Le plaisir dans le sport de haut niveau, on ne le prend que quand on gagne. C'est comme dans la vie, il y a des hauts et des bas, il faut y faire face. C'est ce qu'on fait, on a toujours été responsable. Oui, c'est une saison difficile, ça fait un certain nombre de mois que ça ne se passe pas très bien mais ce n'est pas la raison pour laquelle on souhaite partir. C'est la vie, il y a des hauts et des bas. Ça fait un an qu'on vit confiné, avec des gens malades autours de nous, il y a des choses plus graves. C'est du sport, du foot, on fait en sorte que ça se passe du mieux possible bien sûr. Dès qu'il y a un petit peu d'adversité, si on était amené à lâcher, à partir, on ne ferait pas grand-chose dans la vie. Il faut s'accrocher, être persévérant."

"Je ne suis à l’écoute de rien du tout"

Relancé sur la fronde des supporters et la possibilité que sa famille soit à l’écoute d’éventuels repreneurs, Franck Kita a balayé cette éventualité d’un revers de main. "Je suis à l'écoute de rien du tout (sur une possible vente), c'est notre club, on aime le club. Tout ce qu'il se passe à l'extérieur, sincèrement, je m'en moque totalement. C'est comme ça partout, ce n'est pas plus à Nantes qu'ailleurs. Quand ça se passe mal, c'est toujours de la même manière et c'est pareil quand ça se passe bien. Ça ne m'affole pas, on a totalement l'habitude. Si dans la vie, vous vous mettez à partir ou à pleurer à chaque moment difficile, il faut rester à la maison."

Par Alexandre Jaquin avec Pierre-Yves Leroux