RMC Sport

Nantes: les élus donnent le feu vert aux deux stades

Le conseil métropolitain nantais a voté ce vendredi en faveur de la vente d’un terrain destiné à accueillir le nouveau stade privé du FCN. La ville de Nantes s'oriente donc vers la coexistence de deux grands stades l'un à côté de l'autre puisque la Beaujoire ne sera pas détruite.

Le débat était très attendu. Les élus de Nantes Métropole ont voté ce vendredi après-midi (53 pour, 41 contre et une abstention) le principe d'une cession de neuf hectares (le parking actuel de la Beaujoire) et la construction d’un deuxième stade de 40.000 places, 100% privé. Concrètement, le projet est donc de bâtir cette nouvelle enceinte et de conserver à côté la Beaujoire (35.550 places). Mais la Direction générale des Finances publiques (les Domaines) n’estimera le prix du terrain qu’en 2019 et un second vote est prévu en février prochain.

Le FC Nantes doit occuper son stade actuel jusqu’en 2022 et un dialogue citoyen sera lancé en 2019 pour évoquer l’avenir de la Beaujoire construite en 1984. Waldemar Kita, via sa holding "Flava Groupe", implantée à Bruxelles, doit, lui, créer deux filiales pour le club et pour le stade. Après l’annonce des résultats du vote, l’association "A la Nantaise", qui défend le principe d’une simple rénovation de l’actuel stade de la Beaujoire, a vivement réagi dans un communiqué.

Waldemar Kita "confiant"

"Deux stades côté à côte, à touche-touche, c’est une décision invraisemblable, qui va faire de Nantes la risée de la France et qui aura des effets désastreux sur les finances publiques", dénonce l’association, qui estime que ce vote "n’est en aucun cas le coup de sifflet final". "Notre association va jouer le match juridique, puisqu’un projet qui vise à matraquer les contribuables provoquera inévitablement des actions en justice", détaille "A la Nantaise". Dans un communiqué, le FC Nantes se félicite de son côté de la décision du conseil métropolitain.

"Le projet franchit une étape importante aujourd’hui. Avec toute l’équipe, nous nous félicitons de ce signal positif. Nous allons poursuivre notre travail pour consolider le volet technique et architectural du nouveau stade", précise Waldemar Kita, qui se veut "confiant dans l’aboutissement" de ce projet. En novembre, Johanna Rolland, la maire de Nantes, avait annoncé le maintien de la Beaujoire et l'abandon du projet immobilier associé au nouveau stade des Canaris.

Sur Twitter, Johanna Rolland a salué ce vendredi "une décision pour l’intérêt de la métropole nantaise et de son avenir", assurant la Beaujoire serait réhabilitée en "un équipement public pour le sport pour tous".

la rédaction avec PYL