RMC Sport

Nantes: quand Sala confiait ses réticences à l'idée de signer à Cardiff

Dans son édition de mardi, L'Equipe revient sur les coulisses du transfert d'Emiliano Sala à Cardiff, et sur le drame qui a suivi. Le quotidien publie notamment la retranscription d'un message vocal de l'Argentin, dans lequel il confie être poussé vers la sortie par un Waldemar Kita qui "ne s'intéresse qu'à l'argent", et juge le projet gallois peu attirant sur un plan sportif.

Ce n'était pas un secret: avant sa disparition le 21 janvier dernier, Emiliano Sala entretenait des relations plus que fraîches avec le président du FC Nantes Waldemar Kita. L'attaquant ne s'est jamais senti considéré par son dirigeant, ni sur un plan humain, ni sur un plan financier, avec des émoluments qu'il ne jugeait pas dignes de son statut.

Ce mardi, L'Equipe revient sur les désaccords entre le joueur et la direction du club nantais, plus particulièrement au moment de son transfert vers Cardiff. Dans un message vocal laissé début janvier à l'un de ses proches, et retranscrit par le journal, Sala confie en effet ses réticences à l'idée de s'engager avec une équipe menacée par la relégation en Premier League. Et laisse entendre qu'il est poussé vers la sortie par les Kita, père et fils.

"Hier soir, j’ai envoyé un message à Meïssa (N'Diaye, son agent), il m’a appelé quelques heures plus tard, explique Sala. On a discuté et il m’a raconté qu’il avait parlé à Franck Kita (fils de Waldemar et directeur général délégué du FCN). Eux veulent me vendre. Il y a l’offre de Cardiff. Ils ont négocié pour gagner beaucoup d’argent. Donc ils veulent absolument que je parte là-bas. C’est vrai que c’est un bon contrat mais sportivement ce n’est pas intéressant pour moi. Voilà, ils essaient par tous les moyens que j’aille là-bas. Moi, je n’ai pas peur d’y aller, parce que j’ai bataillé toute ma carrière. Mais je me dis aussi que Meïssa doit me trouver quelque chose de mieux d’ici à la fin du mercato…"

"Il ne m'a même pas demandé mon avis"

Quand il est mis au courant de l'offre galloise, Sala n'est donc pas très enthousiaste, et c'est peu dire. Il se dit même "dégoûté" par le comportement de Kita dans la suite du message. "C’est vrai que j’aimerais trouver quelque chose d’intéressant au niveau contractuel et sportif mais, parfois, tu ne peux pas avoir les deux, poursuit Sala. […] D’un autre côté, je ne veux pas parler avec Kita, je n’ai pas envie de m’énerver, c’est une personne qui me dégoûte quand elle est en face de moi. Lui, aujourd’hui, il veut me vendre à Cardiff car il va rentrer l’argent qu’il veut. Il ne m’a même pas demandé (mon avis), il ne s’intéresse qu’à l’argent. Voilà, on est comme ça, tout un bordel. Je ne sais pas quoi faire..."

Interrogé par L'Equipe, Waldemar Kita s'étonne de ces déclarations, et assure que Sala était dans un état d'esprit beaucoup plus positif au moment de découvrir la Premier League. "N’oubliez pas quelque chose: il était très content (de partir), il l’a dit à tout le monde quand il est revenu au club, rappelle le président nantais. Il faut arrêter de faire croire aux gens qu’on l’a forcé à partir." Ce que confirme Marcelo Vada, proche du joueur. "Au début, il avait dit non, mais après y être allé, il s’est senti heureux parce que tout le monde l’a traité comme il le méritait. Là-bas, il s’est senti important."

CC