RMC Sport

Mort de Sala: Cardiff va expliquer à la Fifa que le transfert était "nul et non avenu"

Deux mois après la disparition d'Emiliano Sala dans le crash de l'avion qui l'emmenait de Nantes au pays de Galles, le conflit n'est pas réglé entre Cardiff et les Canaris. Le Daily Telegraph a eu accès aux arguments que vont présenter les Bluebirds à la Fifa pour ne pas avoir à payer le transfert de l'attaquant argentin.

Les larmes ont coulé et la réalité financière a repris le dessus... Deux mois après la disparition d'Emiliano Sala dans le crash de son avion et un peu plus d'un mois après ses funérailles en Argentine, Cardiff et Nantes sont en conflit ouvert. Au coeur des discussions, le transfert du joueur pour 17 millions d'euros, officialisé deux jours avant le drame. 

Le pensionnaire de Premier League ne veut pas payer, tandis que les Canaris réclament leur dû. Le Daily Telegraph a eu accès à l'argumentation que va présenter Cardiff à la Fifa mercredi prochain. Avec un axe: déclarer "nul et non avenu" le transfert d'Emiliano Sala. Et en s'appuyant notamment sur la non homologation du transfert de la part de la Premier League, en raison de frais de signature jugés non conformes aux règles. Les Bluebirds assurent également que les clauses juridiques incluses dans l'accord de transfert avec le FC Nantes n'ont pas été respectées.

Le contrat de Sala n'était pas homologué

Comme révélé il y a quelques semaines, Emiliano Sala aurait dû signer un nouveau contrat à son arrivée au pays de Galles, pour pouvoir espérer l'homologation de son transfert et donc jouer dans l'élite britannique. Selon le média anglais, le club n'aurait pas respecté la règle stipulant que le règlement des frais de transfert devait se faire en versements égaux, n'excédant pas la date de fin de contrat du joueur. Toujours selon le journal, il n'est pas certain aujourd'hui que l'Argentin avait accepté, avant sa mort tragique, de signer un nouveau bail à son arrivée à Cardiff. 

Une clause non respectée dans le deal

Le pensionnaire de Premier League assure de son côté d'une clause conclue dans le deal avec Nantes (que le club de Ligue 1 aurait lui-même proposée) n'a pas été remplie. Il s'agirait, selon les dires de la Premier League, d'une déclaration d'homologation du transfert faite à la fois par la Fédération galloise et la Ligue de football professionnel, stipulant que Sala était "enregistré comme joueur de Cardiff" et que le certificat du joueur était "publié". Ce qui, d'après cette source du championnat anglais, ne semble pas avoir été fait avant le crash.

Un épisode de plus dans un feuilleton qui pourrait encore durer. Fin février, Nantes a saisi la Fifa pour réclamer le paiement du transfert d'Emiliano Sala à Cardiff. Le premier paiement de six millions d'euros était initialement prévu le 26 janvier. Un troisième club est indirectement concerné. Les Girondins de Bordeaux doivent en effet récupérer huit millions d'euros, au titre d'un accord (50% de la plus-value à la revente) avec Nantes sur le transfert d'Emiliano Sala en 2015.

A.Bo