RMC Sport

Nantes-Toulouse: Franck Kita copieusement sifflé à la sortie du bus avant le barrage

Dans le viseur d'une très large frange des supporters, le directeur général délégué du FC Nantes Franck Kita a essuyé des sifflets à la sortie du bus qui escortait les Canaris jusqu’au stade, avant le barrage retour face à Toulouse (18h).

Pour le bain de foule au milieu des fumigènes et des pétards, on repassera. Waldemar Kita n’a pas acquis la même popularité que son homologue Damien Comolli auprès des supporters de son club, les relations sont mêmes détestables. Son fils et directeur général délégué du club Franck non plus. Ce dernier a reçu un accueil glacial, ou plutôt bouillant.

Alors que les supporters s’étaient déplacés en nombre et chantaient pour soutenir les Canaris, en ballotage favorable pour le maintien en Ligue 1 avant le barrage retour (18h), les encouragements ont très rapidement laissé place à des sifflets nourris lorsque le visage de Kita est apparu, à la sortie du bus. Puis les encouragements ont repris de plus belle à partir du moment où les joueurs ont fait leur apparition.

"FC Kita, on n’en veut pas", avaient chanté un bon millier de supporters lors du dernier match de la saison en Ligue 1, face à Montpellier, à l'intention du président. Ils avaient réclamé, une fois n'est pas coutume, le départ de Waldemar Kita, avec un enterrement symbolique.

Nantes doit finir le travail

Le FC Nantes d'Antoine Kombouaré a pris jeudi une option sur son maintien dans l'élite en allant s'imposer (2-1) en barrage aller, sur le terrain d'une équipe de Toulouse trop fébrile défensivement (2-1). Les Canaris devront finir le travail ce dimanche dans leur stade de la Beaujoire.

Un an après avoir quitté l'élite par la petite porte, le TFC, plus gros budget de Ligue 2, malgré de bonnes intentions offensives, voit ses chances de remontée immédiate compromises après avoir déjà cédé en fin de saison régulière dans sa lutte au sommet de la L2 avec Troyes et Clermont.

Quelle que soit l'issue de celui-ci, la page du dernier exercice cauchemardesque semble tournée à Toulouse. Son jeu offensif - meilleure attaque de L2 avec 71 buts en 38 matches - a regagné le coeur des supporters, qui étaient plusieurs centaines jeudi pour accueillir leurs joueurs au Stadium dans une douceur estivale.

QM