RMC Sport

Nice-Montpellier: piégés à domicile, les Aiglons ratent le coche dans la lutte pour le podium

Nice s'est incliné à domicile ce dimanche contre Montpellier (1-0) et a manqué l'opportunité de prendre la deuxième place du classement de Ligue 1, lors de la 13e journée.

Fort de ses quatre victoires lors des cinq derniers matches de Ligue 1 - sans compter le match nul face à l’OM - Nice comptait sur la réception de Montpellier pour chiper la deuxième place à Lens sur le podium. Les Sang et Or, magnifiques vainqueurs (4-0) de l’Estac vendredi, peuvent dormir sur leurs deux oreilles.

Ils conserveront leur place de dauphin du Paris Saint-Germain au terme de la 13e journée, les Aiglons ayant trébuché devant une pâle équipe héraultaise à l’Allianz Riviera. Montpellier s’est défait (1-0) d’une équipe niçoise conquérante grâce à un but tombé du ciel, signé Florent Mollet, en toute fin de match (80e).

Christophe Galtier appelait de ses vœux une victoire de ses hommes, autant pour entretenir le rythme que la flamme, imaginant que la deuxième place conférerait à son équipe un tout autre statut susceptible de faire basculer sa saison dans une autre dimension. Plus entreprenante, mais pas assez tranchante, bien que mordante en contre-attaque, l’équipe niçoise a dominé l’ensemble du match, accélérant nettement en seconde période.

Mollet sur sa lancée

Intraitable en défense pour écraser les timides velléités montpelliéraines dans le premier acte, l’OGC Nice a eu le ballon (67% de possession) et les occasions (20 tirs, dont 5 cadrés) pour faire la différence. Mais les Aiglons ont eu beau faire le siège de la défense héraultaise dans le dernier quart d’heure, il a toujours manqué aux joueurs de Christophe Galtier un soupçon de lucidité et d’efficacité dans le dernier ou l’avant-dernier geste.

Christophe Galtier peut grimacer. A l’image de Da Cunha ou encore Lemina, dont la frappe a heurté la barre d’Omlin, son équipe a cruellement manqué d’efficacité. Tout le contraire de Montpellier, qui a profité à plein de ses très rares possibilités (8 tirs, 2 cadrés). Sans Téji Savanier, le club pailladin , et c’était attendu, a affiché un visage bien moins créatif. Heureusement, Laurent Nicollin a pu exulter et sauter dans les bras du staff de son équipe grâce au quatrième but en sept matches de Florent Mollet.

Côté niçois, l’attitude des joueurs, rentrés directement aux vestiaires après le coup de sifflet final, était à la hauteur de la déception et de la frustration. En capitaine qui se respecte, le Brésilien Dante a rappelé tout le monde à l’ordre, intimant à ses coéquipiers de prendre le temps de saluer les supporters. Deux mois et demi après les incidents de Nice-Marseille, l’Allianz était à nouveau autorisée à accueillir son kop. Aucun incident à déplorer, mais pas de victoire non plus. La fête est donc gâchée.

QM