RMC Sport

Lens-Troyes: des Lensois emballants et de retour sur le podium

Lens n’a fait qu’une bouchée de Troyes (4-0) ce vendredi en ouverture de la 13e journée de Ligue 1. Trois buts rapides de Kalimuendo, Saïd et Clauss ainsi qu’un football chatoyant ont couronné le récital collectif des Nordistes, provisoirement deuxièmes du classement.

Et un, et deux, et Troyes et quatre! Le tube de l’été 2021 semble vouloir aussi s’étendre pendant l’été indien. Ce vendredi, Lens a corrigé l’ESTAC (4-0) à Bollaert pour le premier match de la treizième journée de Ligue 1. Plié dès la mi-temps, les Nordistes ont déroulé et affiché un superbe visage. Après deux défaites lors des trois derniers matchs dans l’élite, les protégés de Franck Haise ont conservé ce football spectaculaire qui leur sied à merveille depuis le début de saison Pas en réussite lors des revers à Lyon (2-1) et à Montpellier (1-0), Lens a cette fois brillé par son efficacité face au but.

"Ce soir on a pris énormément de plaisir collectivement. Il y a eu de nombreux buteurs. On a eu un bon état d’esprit et cela fait la différence, a salué Seko Fofana au micro d’Amazon. La place sur le podium cela fait plaisir pour les spectateurs. Nous on reste concentrés et on prend match après match. Mais on est contents, aujourd’hui tout le monde est content."

>> Lens-Troyes en direct

Troyes éteint par un trio lensois en fusion

Après un bon nul contre Rennes (2-2) le week-end dernier, Troyes s’est déplacé à Lens avec l’espoir de faire au moins aussi bien. Mais contrairement aux Bretons qui s’étaient arrêtés de jouer après le premier but, les Lensois n’ont jamais levé le pied. Dès le début de rencontre, la domination des Sang et Or s’est faîte intense et les Troyens ont craqué.

Sur une énième phase de possession, Seko Fofana a lancé Wesley Saïd dans le couloir droit. Un nouveau décalage vers Jonathan Clauss et un centre millimétré plus tard et Arnaud Kalimuendo a tranquillement fini d’un plat du pied dans le but vide (1-0, 14e). Validé après vérification à la vidéo, ce quatrième pion de l’attaquant prêté par le PSG a lancé le récital.

A peine quinze minutes plus tard, le trio de feu s’est encore illustré. Sur une action commencé côté gauche par le titi francilien, le ballon est parvenu jusqu’à Jonathan Clauss sur l’aile droite après quelques relais. D’un nouveau centre, cette fois à mi-hauteur, le latéral de 29 ans a trouvé Wesley Saïd dont la reprise en première intention a fait mouche (2-0, 29e).

Pas le temps de souffler que celui qui avait déjà signé deux passes décisives y est aussi allé de son petit but, toujours avant la mi-temps et face à une défense troyenne en perdition. Encore une fois, le trio Kalimuendo-Saïd-Clauss a fait parler son talent. Après un une-deux entre les deux attaquants, Gauthier Gallon a péniblement repoussé la frappe de l’ancien Toulusain. Ultra offensif, Jonathan Clauss a suivi et bien repris de la tête pour plier la rencontre (3-0, 35e).

Lens provisoirement dauphin du PSG

Evincé du podium par Nice et l’OM après sa défaite contre Lyon, Lens retrouve une deuxième place de Ligue 1 totalement méritée compte-tenu du football flamboyant pratiqué par cette équipe. Histoire de ne pas complètement lever le pied après le retour des vestiaires, les Nordistes ont ajouté une dernière banderille à leur démonstration. Après un nouveau mouvement collectif de Jonathan Clauss et Kakuta, Florian Sotoca a vu Gauthier Gallon repousser sa frappe… dans les pieds de Przemysław Frankowski pour le dernier but de la soirée (4-0, 60e).

Un succès et trois points précieux qui offrent provisoirement la deuxième place du classement de L1, à sept longueurs de Paris (24 pts contre 31 pts pour le PSG) et surtout un point d’avance sur les Aiglons niçois et deux sur Marseille.

Respectivement face à Metz et Montpellier, dimanche, les protégés de Christophe Galtier et ceux de Jorge Sampaoli n’ont pas le droit à l’erreur: Lens tient le rythme. Et si certains internautes continuent de réclamer la présence de Jonathan Clauss en équipe de France, d’autres risquent rapidement de se mettre à rêver de voir le RC Lens en Ligue des champions. Après l’été et l’automne, il faudra passer l’hiver.

JGL