RMC Sport

Nice: Sarr raconte ses retrouvailles musclées avec Balotelli

Malang Sarr s’était fait remarquer par une sortie médiatique virulente à l’encontre de Mario Balotelli. Et si les deux joueurs se sont depuis expliqué sur le terrain, le défenseur de l’OGC Nice ne regrette rien de ses propos, bien au contraire.

La rancune est tenace et l’attitude, d’une honnêteté absolue. Deux jours avant de rencontrer Marseille (0-1) la semaine passée en Ligue 1, Malang Sarr avait lancé son duel avec Mario Balotelli, en conférence de presse. "Je suis indifférent à ses débuts à Marseille. Quand on est joueur, on lui en veut, c'est sûr", avait lancé le défenseur, agacé par les circonstances du départ de Mario Balotelli, parti comme un voleur l’hiver dernier, après avoir brillé puis disparu de la circulation, sur la côte d’Azur.

"Je m’attendais à être interrogé sur Mario mais pas autant, se rappelle Sarr, interrogé ce vendredi par Nice Matin. Je me devais d’être sincère. je n’étais pas là pour faire de la langue de bois. Tout le monde connaissait la situation. J’ai dit ce que je pensais. Je ne regrette aucun de mes mots." Absolument conscient du fait qu’ils avaient blessé, "car c’était la vérité", Malang Sarr s’attendait à une réponse de l’international italien sur la pelouse. Celle-ci est venue sous la forme de provocations pendant la rencontre.

Sarr a aussi recadré Saint-Maximin

"On s’est chauffé. C’est parti de lui, assure le défenseur aujourd’hui. On connaît son tempérament, il aime les frictions. Il ne faut pas rester sans rien faire car c’est là qu’il pense avoir gagné la bataille mentale. J’ai répondu à ses provocations, je lui disais qu’au prochain duel, je serais là … il y a eu quelques insultes." Le comportement général de l’Italien a été assez mal reçu par ses anciens coéquipiers.

Garant du respect d’un club qu’il défendra toujours, Malang Sarr a très mal vécu l’absence d’Allan Saint-Maximin à Angers, un comportement qu’il n’explique pas. "Je lui ai dit ce que je pensais, glisse-t-il avec la même franchise qui le caractérise. On a préparé ce match en faisant abstraction de son absence. On devait rester dedans. L’équipe prime toujours. C’est dommage, car on a besoin de tout le monde." Ce vendredi, encore, face à Toulouse (19h).

QM