RMC Sport

Nice: Vieira explique comment il gère Balotelli et Saint-Maximin

Dans un entretien accordé à L’Equipe, Patrick Vieira explique comment il s’échine à se montrer fin psychologue pour garder concernés ses attaquants Mario Balotelli et Allan Saint-Maximin.

C’est l’un des grands défis de Patrick Vieira à Nice. Gérer une attaque dont le caractère est aussi fort que le potentiel. En tête de gondole, Mario Balotelli et Allan Saint-Maximin. Deux joueurs qui ont témoigné leur propension à faire des caprices notamment quand le premier s’en prend à son coach après avoir été remplacé (à Guingamp le 1er décembre) ou quand les deux joueurs rejoignent directement le vestiaire après avoir été rappelés sur le banc (contre Angers le 4).

Mais comme il l’explique dans L’Equipe, Vieira sait faire preuve d’empathie: "J’ai été joueur, je peux le comprendre. J’en ai reparlé avec Mario, et j’en ai parlé devant le groupe quand ils ne sont pas allés sur le banc. Ils n’ont pas été sanctionnés. Une amende, ça ne sert à rien."

"Mario, j'ai envie de le coller au mur"

Vieira insiste sur la nécessité de dialoguer avec ce genre de joueurs: "Il faut beaucoup échanger avec Allan Saint-Maximin, répéter, consacrer du temps pour qu’il soit dans l’esprit collectif. Ça ne me dérange pas car il a un potentiel important pour l’équipe."

"Mario, j’ai envie de lui répondre, de le coller au mur ou au portemanteau! Mais je ne suis plus joueur. Je dois toujours réfléchir à deux fois avant de dire quelque chose car ça peut avoir un impact, je risque de perdre un joueur et de le regretter. J’essaie d’être constructif."

"La dimension psychologique, c’est aussi important que la tactique ou le physique, poursuit-il. Je dois expliquer les choses car si les mecs ne comprennent pas, soit ils se braquent, soit ils pensent que c’est contre eux et ça veut dire que tu les perds. Un club comme Nice ne peut pas se permettre de perdre un Saint-Maximin ou un Balotelli. Alors, s’il faut que je leur explique vingt fois, je leur expliquerai vingt fois, car j’ai cette patience."

Et de la patience, il en faudra encore un peu. Pour l’heure, Nice, septième de Ligue 1, compte la 17e attaque (12 buts). Saint Maximin a inscrit trois buts, Mario Balotelli pas un seul.

JBi