RMC Sport

Nîmes: Arpinon allume ses joueurs, "il y en a qui se ch... dessus balle au pied"

Nîmes a perdu ce dimanche à domicile face à Metz (0-1), concurrent direct dans la course au maintien en Ligue 1. Agacé par la prestation de ses hommes, l'entraîneur gardois Jérôme Arpinon n'a pas mâché ses mots après la rencontre.

Une troisième défaite de rang, une 18e place au classement, et un coach en colère. Même s’il a évolué en supériorité numérique pendant plus d’une mi-temps, Nîmes a concédé ce dimanche une regrettable défaite face à Metz en L1 (0-1). Et c’est un Jérôme Arpinon très remonté qui s’est présenté en conférence de presse quelques minutes après la partie.

"Je ne nous ai pas reconnus, je n'ai pas reconnu un Nîmes Olympique conquérant, qui gagne des duels, a soupiré le technicien. Des fois, je les protège (les joueurs), il n’y a pas de problème quand c’est sur une erreur technique par exemple, mais quand il s’agit d’engagement, quand il s’agit juste de courir, je ne peux pas être content. (...) J’ai donné la chance à certains. Je ne vais pas en donner dix."

"Tes enfants tu les aimes, mais des fois tu les engueules quand ils ont fait des conneries à l'école"

Si Arpinon n'a logiquement pas apprécié l'entame de match très difficile des Nîmois, il a aussi pointé l'utilisation du ballon en seconde période, avec un joueur de plus sur le champ. "On a poussé, mais ils étaient dix, rappelle-t-il. Je ne cherche pas d’excuses. Tu es bon, tu es bon. Tu n’es pas bon, tu n’es pas bon. Il faut arrêter de trouver des excuses. Pour moi, on a failli aujourd’hui face à une équipe de Metz à dix. On se devait au moins de revenir au score. Cette défaite à domicile me dérange fort. Je vais changer mon fusil d’épaule dans la semaine."

Et l'entraîneur de se lancer dans une étonnante comparaison: "C'est comme avec des enfants. Tes enfants, tu les aimes, mais des fois tu les engueules quand ils ont fait des conneries à l'école. Là, c'est pareil. Avec tout ce qui se passe à l’heure actuelle, tu dois mettre plus d’entrain, plus de joie. Le football, c’est du plaisir. Là, c’était un match triste. (...) Il y a des joueurs qui se chient dessus (sic) des fois quand ils ont le ballon dans les pieds. Ça les brûle. Parce qu’il y a la concurrence. Mais le ballon ne doit pas te brûler les pieds avec la qualité technique que certains joueurs ont."

CC avec JL