RMC Sport

OL : Fournier n’a pas "une équipe unie"

-

- - AFP

Deux jours après l’élimination de toutes compétitions européennes, Hubert Fournier, l’entraîneur de Lyon, a mis ses joueurs devant leurs responsabilités ce jeudi en critiquant leur manque de solidarité. Ces derniers, à l’image d’Henri Bedimo, souhaitent maintenant tout faire pour conserver leur deuxième place en Ligue 1.

Après le naufrage, la gueule de bois. Lyon s’est réveillé avec la tête lourde et le moral atteint, deux jours après son élimination de toutes compétitions européennes. Dans un groupe pourtant abordable, avec le Zénith Saint-Pétersbourg, Valence et La Gantoise, les Gones n’ont pas réussi à décrocher la moindre victoire en cinq matchs de Ligue des champions (un nul, quatre défaites). Un bilan catastrophique. « On s’attendait à mieux, reconnait le défenseur Henri Bedimo. On a tout fait pour disputer cette compétition et c’est vrai que la traverser comme ça, c’est très dur. » Le constat dressé par Hubert Fournier l’est également après la défaite de mardi face à La Gantoise (1-2).

« Ce qu’on a montré n’était pas suffisant, tranche le coach rhodanien. Il y a quand même de fortes interrogations sur notre capacité à hisser notre niveau de jeu dans des matchs avec une telle importance. » Des lacunes que Fournier explique en partie par le manque de solidarité de ses troupes : « On ne sent pas une équipe unie sur le terrain. Si on compare avec l’équipe belge (La Gantoise), quand elle marque, on voit dix gars se congratuler. Nous, quand on a marqué, je n’ai pas vu dix gars sauter dans les bras de "Jo" (Jordan Ferri). »

Bedimo : « La deuxième place, c’est plus qu’un devoir »

« Ce sont des petits signes, poursuit Fournier. Quand Mapou a marqué contre son camp à Nice, je n’ai pas vu beaucoup de monde venir le soutenir. Ce sont des petites attitudes qui ne donnent pas de bons signaux sur l’unité qui peut régner au sein de l’équipe. Si on règle ça, on va régler beaucoup de nos problèmes. A nous d’en prendre conscience. » Le message est visiblement passé. Auprès de certains en tout cas.

Conscient d’avoir gâché une partie de la saison, Henri Bedimo veut maintenant tout donner en Ligue 1, où l’OL occupe la deuxième place derrière l’intouchable PSG. « Dans notre malheur, on a la chance d’être bien classés en championnat, même si le matelas de points qu’on avait a diminué, remarque l’international camerounais. La deuxième place est primordiale pour le club et pour nous les joueurs. En termes de prestige, c’est bien de finir deuxième dans ce championnat. C’est plus qu’un devoir. »

Alexandre Jaquin avec Edward Jay, à Lyon